Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de tressia
  • Le blog de tressia
  • : Politique, economie, société, sports, humour, pensées, crise ivoiriennes
  • Contact

Recherche

Archives

13 juillet 2010 2 13 /07 /juillet /2010 16:35

coupedumonde2010-copie-1.jpg

 

La Coupe du monde 2010 a pris fin avec la victoire de l’Espagne. Une victoire significative. Car pour la première fois la Roja a été qualifiée pour les demi-finales, la finale et a remporté la Coupe. L’Afrique aussi a, pour la première fois organisé et réussi la Coupe du monde. Tous craignaient que l’Afrique du Sud rate l’organisation du plus grand événement sportif footballistique de la planète. Dans ce mondial sud-africain, notre continent avait deux défis majeurs à relever : celui de l’organisation de la compétition et le défi de gagner la Coupe ou tout au moins, figurer dans le trio de tête à la fin du tournoi. Même si le Ghana nous a fait rêver avec les quarts de finale, les sceptiques auront été déroutés pour le défi de l’organisation très bien relevé. Les cérémonies d’ouverture et de clôture ont été magnifiques. De Johannesburg à Polokwane, en passant par Pretoria, Rustenburg, Bloemfontein, Durban, Cape Town, Port Elizabeth, Nelspruit, tous les stades ont respecté les normes Fifa. L’Afrique du Sud a mis à disposition dix (10) stades (allant de 40.000 à 94.700 places) pour les différents matches. Les 32 pays qualifiés et les 500.000 visiteurs attendus ont eu droit à tout ce dont ils ont eu droit lors des précédentes rencontres du mondial dans les pays européens, américains et asiatiques. Logements de qualité, sécurité garantie dans une organisation bien réussie. Le pays a investi environ 5 milliards de rands, soient plus de 500 millions d’euros (327,5 milliards Fcfa) pour la construction et la rénovation des stades pour cette compétition. La Fifa y a cru et l’Afrique du Sud l’a réussi. Mais, il faut noter que le sponsor officiel était aussi africain. La société sud-africaine de téléphonie mobile, MTN, a permis à l’Afrique de réussir l’organisation de ce mondial. "Je m'étais déjà rendue compte de loin que le tournoi bénéficiait d'une organisation formidable et qu'il régnait une ambiance fantastique. Maintenant que je suis sur place, je dois dire que l'Afrique du Sud peut vraiment être fière d'elle… Nous aurons dorénavant une image différente de l'Afrique du Sud quand nous repenserons à tout cela après la Coupe du Monde", a affirmé Angela Merkel, la chancelière allemande. Merci donc à l’Afrique du Sud, au sponsor officiel africain MTN, et à tous ceux qui ont cru en l’Afrique.

Guy Tressia

Repost 0
Published by tressia - dans Sports
commenter cet article
9 juillet 2010 5 09 /07 /juillet /2010 18:58

 

pieuvre-devin.jpg

La Coupe du monde 2010 connaîtra son apothéose demain dimanche 11 juillet. Le prestigieux trophée mondial choisira aussi entre l’Espagne et les Pays-Bas sa nouvelle terre d’accueil, après l’Italie en 2006. En attendant, les pronostics et autres prédictions vont bon train. On consulte les experts, mais aussi les "devins" pour savoir qui de la Roja et des Oranjes l’emportera. Depuis hier, ce sont des pieuvres, oui vous avez bien lu, des pieuvres qui pronostiquent.

Pauline, un poulpe femelle d'un aquarium de La Haye, a prédit jeudi, une victoire des Pays-Bas contre l'Espagne en finale du Mondial-2010, contrairement à son désormais célèbre congénère allemand qui a opté pour "la Roja", a annoncé vendredi son aquarium. "Elle a choisi les Pays-Bas", a déclaré à l'AFP Maaike Schroeder, porte-parole de l'aquarium Sea Life de Scheveningen, le quartier balnéaire de La Haye. Il s'agit du premier pronostic réalisé par la pieuvre âgée d'environ quatre ans et présente depuis deux ans dans l'aquarium. Selon une méthode similaire à celle utilisée pour Paul, deux boîtes aux couleurs de l'Espagne et des Pays-Bas et contenant chacune une moule ont été placées jeudi dans le bassin de Pauline, qui a opté pour la moule associée au drapeau néerlandais. Paul, le poulpe devin qui a réussi jusqu'à présent un sans faute dans ses pronostics sur l'Allemagne au Mondial-2010, a prédit vendredi que l'Espagne allait l'emporter en finale dimanche contre les Pays-Bas. Voilà qui est dit. Même les devins se contredisent quant à l’issue du match de la finale du mondial 2010. Les experts se perdent en conjectures pour donner un favori de la rencontre. Avec une moyenne d'âge de presque 28 ans, le "onze" type des Pays-Bas est une équipe arrivée à maturité, emmenée par quelques joueurs d'exception comme Wesley Sneijder et Arjen Robben, dont le talent peut être décisif face à l'Espagne, dimanche en finale de la Coupe du Monde de la FIFA 2010. Cette maturité sera face à une équipe d’Espagne qui ébloui par son fameux "toque", jeu à passes courtes fondé sur une grande possession du ballon, mais le cheminement jusqu'en finale du Mondial-2010 fut aussi rendu possible par le concours d'une défense de combattants rarement prise à défaut. Le combat pour le premier titre à la Coupe du monde sera sans doute épique quoi qu’en disent les "devins".

Guy Tressia

Repost 0
Published by tressia - dans Sports
commenter cet article
8 juillet 2010 4 08 /07 /juillet /2010 19:34

NED.jpg

ESP.jpg

La Coupe du monde 2010, en Afrique du Sud, tire à sa fin. Des 32 meilleures équipes du monde, seules les Pays Bas et l’Espagne sont sortis meilleurs des meilleurs. Et le dimanche 11 juillet, le monde entier fêtera la meilleure des meilleures équipes du monde. Ce sera soit l’Espagne, soit la Hollande. Cependant la question qui vient à l’esprit, c’est : est-ce que ces deux pays finalistes du mondial 2010 méritent vraiment d’être au panthéon du football ? La présence de deux équipes en finale qui n'ont jamais remporté l'épreuve montre néanmoins qu'une vieille Europe du football est en difficulté. L'Angleterre, l'Italie et la France sont peut être à la veille d'une longue traversée du désert... Cependant, l'Espagne mérite-t-elle de disputer la finale de la Coupe du monde ? Y a-t-il matière à s'extasier devant le jeu pratiqué par la Roja dans cette 19e édition de la plus belle des compétitions du plus universel des sports. 1-0 contre le Portugal en huitième. 1-0 contre le Paraguay en quart et 1-0 contre l'Allemagne en demi finale. Pas un match de classe, pas une seule démonstration exemplaire. Des attaquants habiles, comme Pedro, mais qui semblent désactiver leurs neurones à l'instant de conclure. Un gardien, Casillas, qui ne bloque plus un seul ballon, même les faciles. Xavi Alonso qui joue les tondeuses à gazon. Un but chanceux en demi-finale de l'improbable Puyol. Voilà l’équipe finaliste de ce mondial 2010. Mais l’Espagne est classée 2 mondiale par la Fifa, au mois de mai dernier. Pas donc surprenant que ce pays se retrouve pour la première fois en finale. Pour les Pays Bas, c’est la 3e finale après deux perdues (1974 et 1978). Avec six matchs, six victoires et classée 4e par la FIFA, la Hollande pour inscrire, enfin, son nom en lettres d'or sur le grand livre du Mondial, devra gommer les erreurs défensives commises face à l'Uruguay. « J'ai dit aux joueurs que j'aimais le foot offensif, mais qu'il fallait savoir garder le ballon, faire les efforts défensifs. En 1974, les Pays-Bas avaient bien joué mais perdu. Nous aurions dû le gagner, ce match. C'est génial que nous arrivions encore en finale tant d'années après », a reconnu Van Marwijk après la demi-finale. Le 2e pays face au 4e, c’est la finale des leaders.

Guy Tressia

Repost 0
Published by tressia - dans Sports
commenter cet article
6 juillet 2010 2 06 /07 /juillet /2010 17:54

 

Laurent-Blanc.jpg

Après sa débâcle avec l’équipe nationale de France, la page Raymond Domenech est définitivement tournée. Hier, Laurent Blanc a tenu sa première conférence de presse en tant que sélectionneur national. Et là, personne ne regrette son prédécesseur. C’est plutôt des phrases comme : «Raymond est parti, bon débarras !», qu’on entend à travers toute la France. Signe de cette impatience à voir une nouvelle ère s'ouvrir. Il y avait une foule compacte, au siège de la FFF pour l'intronisation officielle de Laurent Blanc à la tête des Bleus. Autant pour l'entendre parler du passé, et de la désastreuse campagne sud-africaine, que de ses projets pour l'équipe de France. Il s’est contenté d'évoquer sa tristesse devant les événements «inqualifiables» survenus à Knysna, en Afrique du Sud avec la grève des joueurs. Pour ceux qui attendaient de le voir sur le registre de la recherche des coupables, il faudra repasser. L'ancien coach bordelais est resté assez évasif, indiquant ne pas avoir le pouvoir, ni la volonté («je ne suis pas le Père Fouettard !») de sanctionner qui que ce soit tout en regrettant d'hériter d'un «noyau de joueurs pas plus gros qu'un pépin de melon.» En fait, personne n'est officiellement exclu, comme le réclamait Lilan Thuram. Mais aussi, personne n'est sûr de sa place dans le car tricolore. Pour le savoir, comme pour connaître l'identité du jeu de l'équipe, proche de celle qu'il a mise en place à Bordeaux, ou la façon de fonctionner de Laurent Blanc, il faudra attendre le premier rassemblement en Norvège pour un match amical de rentrée qui sera très attendu en plein mois d'août. Il y a cependant un changement notable. C'est que la France a désormais un sélectionneur qui ne joue pas au plus malin avec les journalistes (ce qui ne l'empêche pas de répondre à côté de la question quand ça l'arrange) et qui parle football ! «Je vais construire une équipe qui maîtrisera ses matches, imposera sa façon de jouer, et ne subira pas», promet-il. Des mots simples mais qui en disent plus sur sa vision du football que Raymond Domenech en six ans. Il ouvre ainsi une nouvelle ère pour la France footballistique. Attendons le mois d’août pour voir à quoi va ressembler la nouvelle équipe française.

Guy Tressia

Repost 0
Published by tressia - dans Sports
commenter cet article
6 juillet 2010 2 06 /07 /juillet /2010 15:38

coupedumonde2010.jpgCoupe.jpg

Les demi-finales débutent aujourd’hui. A l’affiche, 3 pays européens contre un (1) seul sud-américain. Les challengers (Pays-Bas et Espagne) seront face à des anciens champions du monde avec l’Allemagne (3 titres) et l’Uruguay (2 titres). On aura ce mardi, Uruguay - Pays-Bas et demain mercredi, Allemagne-Espagne. L'Allemagne et son football de rêve, l'Espagne et son titre de championne d'Europe, l'Uruguay et son euphorie d'outsider, les Pays-Bas et leurs cinq victoires de rang: les quatre demi-finalistes du Mondial ont tous des raisons de rêver mardi et mercredi. Premier choc ce mardi au Cap: Uruguay - Pays-Bas. La confrontation de deux gloires passées, de deux orgueils privés de titres depuis trop longtemps et totalement affamés. Les Pays-Bas ont fait le plein de confiance. Cinq matches, cinq victoires au Mondial, et la tête du favori brésilien (2-1) en quart de finale. Comment ne pas croire que l'heure est enfin arrivée, après deux finales perdues contre le pays organisateur, en 1974 en Allemagne et en 1978 en Argentine? Face à eux, l'Uruguay et ses deux titres mondiaux d'un autre temps, en 1930 et 1950. Le "miracle" de la Celeste est dû en partie à son parcours depuis les huitièmes de finale. Le Mexique puis le Ghana, battu aux tirs au but, n'étaient pas des prétendants à la victoire finale. L'absence du buteur Luis Suarez, suspendu, est un handicap supplémentaire. Mercredi, place à la revanche de la finale de l'Euro-2008 entre l'Allemagne et l'Espagne. Les deux équipes font preuve de puissance offensive et de la même maîtrise collective. Il n'est pas déraisonnable d'espérer une confrontation spectaculaire. L'Europe, avec trois représentants contre un seul de l'Amérique latine, a repris l'avantage dans ce Mondial. Reste à départager les républiques et les monarchies: Pays-Bas et Espagne auront le soutien d'une reine et d'un roi, Uruguay et Allemagne, celui d'un président et d'une chancelière. Avec ces 4 rêveurs, à qui reviendra la Coupe ? "Toutes les équipes qui arrivent en demi-finale ont le potentiel pour arriver en finale ou gagner la Coupe du monde", a lâché le capitaine allemand Philipp Lahm après la correction infligée aux Argentins (4-0) en quart de finale.

Guy Tressia

Repost 0
Published by tressia - dans Sports
commenter cet article
4 juillet 2010 7 04 /07 /juillet /2010 20:57

Ghana-302.jpg

 

Pour sa deuxième participation aux phases finales de la Coupe du monde, le Ghana a fait rêver toute l’Afrique. Il était au bord de la sortie dès le premier tour et pourtant, le Ghana s’est qualifié pour les huitièmes puis les quarts de finale de la Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010. Aussi irrésistibles qu’imprévisibles, les Black Stars ont fait rêver le monde entier. Le Ghana a été la seule des six équipes africaines qualifiées pour cette Coupe du monde sur le continent à passer la phase de poules et donner l’espoir de la première demi-finale aux Africains. On y a cru jusqu’au bout. Leur victoire en 8e de finale contre les Etats-Unis avait renforcé les espoirs des 53 pays africains qui les supportaient. S’appuyant sur le sens du but de Gyan Asamoah (aujourd’hui inconsolable pour le penalty, de la victoire, raté en dernière minute) en attaque, la fraîcheur de ses récents champions du monde U-20, et sur l’expérience du Serbe Milovan Rajevac sur le banc, les Black Stars ont réussi là où les cinq autres équipes africaines ont failli : se qualifier pour le deuxième puis le troisième tour. Alors cette défaite face à l’Uruguay ne devrait pas attrister l’Afrique. Bien au contraire nous devons nous réjouir de cette performance de l’Afrique à travers le Ghana. Il faut noter aussi que l’Espagne qui vient de se qualifier pour les demi-finales a recherché ce carré d’as pendant 12 participations aux phases finales du mondial. C’est donc à juste titre que l'ancien Président sud-africain, Nelson Mandela, a reçu la sélection ghanéenne chez lui, à Johannesburg, au lendemain de cette cruelle défaite des Black Stars contre l'Uruguay en quarts de finale.  Après cette visite, la "Nelson Mandela Foundation" a félicité l'équipe du Ghana en ces termes: "Ils ont bien représenté le continent. Ils peuvent rentrer chez eux la tête haute". Cependant, vendredi, Mandela avait envoyé une lettre aux Black Stars pour leur souhaiter bonne chance avant leur match contre l'Uruguay. Ce qui était une démonstration du soutien total de toute l’Afrique. Toutefois, malgré cette douloureuse défaite aux tirs au but, les Black Stars  ont captivé l'attention du peuple africain pour cette première édition organisée sur le continent-mère. Merci au Ghana pour avoir fait rêver l’Afrique et donner des leçons pour les coupes à venir. Rendez-vous en 2014.

Guy Tressia

Repost 0
Published by tressia - dans Sports
commenter cet article
1 juillet 2010 4 01 /07 /juillet /2010 18:53

Blatter.jpg

Les sélections africaines sont des cibles faciles pour les dirigeants du continent, qui n'hésitent pas à les instrumentaliser selon leurs performances du moment. En novembre dernier, le Syli guinéen avait ainsi été dissous. Aujourd’hui, pendant que les accusés de la débâcle des "Bleus" français, Escalettes et Domenech passaient devant les représentants du peuple français, mercredi dernier, le président nigérian, Goodluck Jonathan, a tout simplement décidé de suspendre la participation des "Green Eagles" à toutes les compétitions internationales pour une durée de deux ans. Les mauvais résultats au Mondial-2010, selon le porte-parole de la présidence nigériane, Ima Niboro, sont à la base de cette décision. Le Nigeria a été sorti dès le premier tour de la compétition, battu par la Grèce et l'Argentine, puis tenu en échec par la Corée du Sud (2-2). En France, les auditions de Raymond Domenech et de Jean-Pierre Escalettes ont été «une séance un peu triste», a estimé le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, Jean-François Copé. Selon lui, cette équipe française avait révélé avant la compétition «de nombreux dysfonctionnement de gouvernance et de management dans les messages à adresser à cette équipe». Il a plaidé pour «moderniser la gouvernance de cette fédération de manière générale».

Et pourtant, ce genre d'ingérence du monde politique dans les affaires sportives est mal perçu, voire défendu par la Fifa, qui prône l'indépendance des fédérations nationales vis-à-vis des politiques. La décision de Goodluck Jonathan pourrait valoir à la fédération nigériane une suspension, comme cela avait été le cas en 2009 pour son homologue irakienne. Pour la France, Joseph Sepp Blatter, président de la FIFA, avait déjà prévenu les Français de cette intrusion de la politique en sport. Il avait même menacé de suspendre les Tricolores français si la politique s’ingérait dans la gestion de la FFF. Les responsables de cette débâcle française sont passés devant le parlement. Que va décider la FIFA ? Les jours à venir nous situeront sur le sort du Nigeria et de la France.

Guy Tressia

Repost 0
Published by tressia - dans Sports
commenter cet article
29 juin 2010 2 29 /06 /juin /2010 19:44

 

 

CIV Bresil1252518 thumbGhana-Usa.jpg

Après l’échec des Eléphants au mondial sud-africain, en cours actuellement, les avis sont partagés. Les Ivoiriens se perdent en conjecture. Certains sont mécontents des résultats des pachydermes quand d’autres les félicitent pour leurs prestations de haute lutte. Mieux, il y en a qui les comparent aux Black Stars du Ghana qui ont été qualifiés pour les huitièmes puis les quarts de finale. Mais au fait, qui de la Côte d’Ivoire et du Ghana méritait-il la qualification pour les huitièmes ? En effet, avant les matchs de poule, le Ghana n’avait pour argument que la jeunesse de son effectif et la coupe du monde des moins de 20 ans remportée l’an dernier. Michael Essien étant forfait, le Ghana comptait sur Muntari, comme joueur d’expérience. Les Black Stars se classaient, en termes de favori, derrière les Eléphants de Côte d’Ivoire. Mais, ils n’ont eu la chance que par le fait de figurer dans une des poules dites facile quand la Côte d’Ivoire était confrontée au Brésil (pays N°1 mondial avec 19 participation sur 19 coupes du nmonde organisées par la FIFA) et le Portugal (N°3) dans une poule G, dite "poule de la mort". Mais face à ces dinosaures du football mondial Didier Drogba, Touré Kolo, Kader Kéita, Gervinho et leurs camardes coachés par le Suédois Sven-Göran Eriksson ont terminé les matchs de poules à la 3ème place derrière le Brésil et le Portugal avec 4 points +1. Les experts ont dit que la hiérarchie a été respectée. Le Ghana, lui aussi, dans sa poule a obtenu son ticket pour les 8èmes avec 4 points +0. La Côte d’Ivoire a fait une victoire, un nul et une défaite. Même résultat avec le Ghana. La Côte d’Ivoire a marqué 4 buts et encaissé 3. Le Ghana en a marqué 2 et encaissé 2. Les Black Stars étaient au bord de la sortie dès le premier quand par coup de chance, ils ont été sauvés, malgré leur défaite face à l’Allemagne (1-0), par la victoire de l’Australie sur la Serbie (2-1). Mais si la Serbie avait battu l’Australie, elle passait avec 6 devant le Ghana. Les Ivoiriens ont eu deux fois moins de chance. Après la poule de la "mort", il fallait marquer 9 buts contre la Corée du Nord et espérer que le Brésil gagne le Portugal. C’est le nul blanc entre le Colon (Portugal) et le Colonisé (Brésil) qui a fait tomber les protégés de Jacques Anouma. Sinon, à cette compétition des 32 meilleures équipes du monde, le Ghana a seulement eu plus de chance que la Côte d’Ivoire. Les sportifs ivoiriens devraient être fiers de leur équipe et de ses dirigeants qui mis tous les moyens pour que le pays ait une "participation honorable". Objectif atteint par le Suédois Eriksson et la FIF.

Guy Tressia

guy_tressia@yahoo.fr

Repost 0
Published by tressia - dans Sports
commenter cet article
28 juin 2010 1 28 /06 /juin /2010 17:12

 

Ghana_succes.jpg

Il était au bord de la sortie dès le premier tour et pourtant, voilà le Ghana qualifié pour les quarts de finale de la Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010. Aussi irrésistibles qu’imprévisibles, les Black Stars ne sont plus qu’à trois victoires du titre suprême. Le Ghana peut-il remporter la Coupe du Monde de la FIFA 2010?

Bien qu’on le disait affaibli par le forfait de Michael Essien, et perturbé par la méforme de ses cadres Sulley Muntari, Stephen Appiah et John Mensah, le Ghana a su se sortir d’un groupe très équilibré, comportant l’Allemagne, l’Australie et la Serbie.  S’appuyant sur le sens du but de Gyan Asamoah en attaque, la fraîcheur de ses récents champions du monde U-20, et sur l’expérience du Serbe Milovan Rajevac sur le banc, les Black Stars ont réussi là où les cinq autres équipes africaines ont failli : se qualifier pour le deuxième tour. Mais ce n’est pas tout ! Désormais portée par tout un continent, la sélection d’Afrique de l’Ouest a réussi à faire chuter les surprenants Américains, ce que l’Angleterre, la Slovénie et l’Algérie n’avaient pas réussi. C’est désormais l’Uruguay qui se présent sur sa route. Le Ghana aura-t-il les ressources pour sortir du piège sud-américain ? Si c’est le cas, pourra-t-il s’extirper enfin du dernier carré avant de monter sur la plus haute marche de la plus prestigieuse des compétitions ? Oui les Ghanéens ont une chance de battre l'Uruguay s’ils ont récupéré de leur 8ème de finale. Et si leur sélectionneur se décide à aligner d’autres joueurs frais pour épauler Gyan qui, tout seul, ne pourra pas faire la décision à chaque fois, surtout qu’André Ayew ne participera pas au match des quarts de finale pour deux cartons jaunes reçus. Et puis, à ce stade de la compétition, tout peut arriver. En plus et surtout que le Ghana n'a plus rien à perdre. Les Black Stars ont tout à gagner en volant de surprise en surprise. Le pays d’Abedi Ayew dit Abedi Pelé, triple ballons d'or africain (1991, 1992 et 1993) n'est pas favori face à l'Uruguay et il ne le sera pas non plus en demi et en finale. Alors, le Ghana pourra jouer sur l'effet de surprise. Pour ces quarts de finale, face à l’Uruguayens, le Ghana devrait faire attention au sens tactique et à la technique des Sud-Américains qui pourrait jouer contre eux. Mais, soutenu par les Sud-africain, les Ghanéens et par tous les amoureux du foot des 53 pays d’Afrique, les Black Stars peuvent et doivent se sublimer. Et nous y croyons. Allez les Black Stars pour donner à l’Afrique, sa 1ere demi-finale !

Guy Tressia

Repost 0
Published by tressia - dans Sports
commenter cet article
27 juin 2010 7 27 /06 /juin /2010 19:54

eriksson416

L’aventure est terminée. Les Eléphants, favoris parmi les favoris, n’ont pu se qualifier pour les huitièmes de finale. Comment les Ivoiriens doivent-ils prendre ce résultat ? Déception ou espoir ? Une chose est sûre, l’équipe ivoirienne n’a pas déçu. Elle a montré qu’elle a fait beaucoup de progrès.

Après le limogeage de Vahid Halilhodzic, nombreux sont les Ivoiriens qui avaient prédit une catastrophe pour leurs représentants à cette Coupe du monde africaine jouée au pays de Mandela. Ils exprimaient ainsi, et à juste titre, leurs inquiétudes quant au vide qui s’est installé après le départ de Vahid et le recrutement de Sven-Göran Eriksson. Le 28 mars dernier, au soulagement s’est mêlé encore des inquiétudes, à l’annonce du nouvel entraîneur des pachydermes ivoiriens. Même après l’annonce de l’objectif assigné au Suédois. «Conduire notre équipe lors du Mondial 2010 en Afrique du Sud et faire en sorte qu'elle y ait une participation honorable, dans une compétition réservée aux 32 meilleures nations de football au monde. Ce qui à l'évidence, sera difficile», stipulait le communiqué de la FIF, relatif à l'engagement du Suédois. Des inquiétudes ont surgi, surtout que plus d’un mois après sa nomination, Eriksson était toujours en Europe. Il n’avait pas toujours été présenté au public de Côte d’Ivoire. Cependant, les craintes se sont peu à peu diluées lorsque les Ivoiriens ont appris que le Suédois avait déjà commencé à travailler, depuis l’Europe. Mais des problèmes demeurent. L’indiscipline, le manque de cohésion et de solidarité, qui sont les plaies des nouveaux poulains d’Eriksson, ont été évoqués par les amoureux du football et des Eléphants. Alors, on est venu à se demander si le Suédois réussira à guérir ces plaies qui ont rebuté ses prédécesseurs Robert Nouzaret, Henri Michel, Ulrich Stielike, Gérard Gili, Vahid Halilhodzic, qui ont connu des fortunes diverses. Eriksson pourra-t-il apporter ce petit plus qui permettrait aux Eléphants de se surpasser et de donner à la Côte d'Ivoire «la participation honorable» attendue par tous ? Sans se prononcer, le Suédois s’est mis au travail à moins de deux mois de l’ouverture de la compétition. Résultats : trois rencontres, une victoire, un nul et une défaite. Mais surtout, une évolution nette dans la prestation des Eléphants. Pour la première fois de l’histoire footballistique de la Côte d’Ivoire, les Eléphants perdent et les Ivoiriens sont contents de leur équipe, de l’entraineur et des dirigeants. Car les joueurs ont mouillé le maillot. La discipline, la cohésion et le "fighting spirit" affichés par les représentants ivoiriens ont été à la base de ce résultat honorable. Et, Touré Kolo Habib avait donné, avant les rencontres, le nouvel esprit des Eléphants : "Eriksson a changé la mentalité de l’équipe et de chaque gars. Il nous pousse à jouer en équipe et pas chacun pour soi. On a toujours eu des bons joueurs, mais sans jamais être capable d’évoluer en bloc uni, de défendre et d’attaquer ensemble. C’est ce à quoi on travaille…la Côte d’Ivoire c’est, aujourd’hui, 23 joueurs. C’est le collectif qui fera la différence (…) On en a pris conscience. Chacun doit se battre pour son coéquipier et tous ensemble pour le pays", avait-il confié à fifa.com. Aruna Dindane dira, quant à lui : "Nous jouerons sans pression…". Alors le Suédois pouvait rassurer en disant : "J’y crois…". Oui, on y a tous cru et les Eléphants n’ont pas déçu. L’entraîneur a atteint son objectif : "participation honorable". L’œuvre du Suédois Sven-Göran Eriksson a honoré toute la Côte d’Ivoire parmi les 32 meilleures équipes nationales du monde. Et tous s’accordent pour que son œuvre se poursuive. Car, selon certains experts, si Eriksson tient cette équipe jusqu’à la prochaine Coupe d’Afrique des Nations (CAN 2012), Didier Drogba et ses camarades seront "un foudre de guerre". A la Côte d’Ivoire de déterminer les objectifs. En tout cas, bravo et merci à Sven-Göran !!!

Guy Tressia

Repost 0
Published by tressia - dans Sports
commenter cet article