Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de tressia
  • Le blog de tressia
  • : Politique, economie, société, sports, humour, pensées, crise ivoiriennes
  • Contact

Recherche

Archives

18 mai 2014 7 18 /05 /mai /2014 20:20
JUSTICE-A la barre : «Oui, je reconnais les faits qui me sont reprochés. Mais c’était en riposte à leur agression»

Le procès du prévenu prend une allure très pathétique

Violences et voies de fait, tels sont les faits reprochés par le parquet à Konan N’Guessan Levergor. Le prévenu, âgé seulement de 20 ans; a déjà goûté à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca), en y séjournant pendant 12 mois pour avoir enfreint à la législation sur les stupéfiants. Pour répondre à nouveau de l’acte délictuel mis à sa charge, il a comparu le 30/04 devant le juge répressif du tribunal correctionnel de Yopougon.

-Tu t’es évadé de prison ou tu as fini de purger ta peine? Questionne le président.

-J’ai fini de purger ma peine, répond le mis en cause.

-Tu veux encore retourner en prison?

Le prévenu reste de marbre.

-Tu es devenu, poursuit le juge, une menace dans la maison, tu voles tout le monde et tu te drogues. Tu menaces ton père?

-Je n’ai jamais menacé mon père, réplique-t-il.

-Tu ne l’as jamais menacé avec un couteau?

-Je ne l’ai jamais menacé avec un couteau.

-Tu aimes bien ton papa?

-J’aime bien mon papa.

-Ta mère est ici?

-Non. Elle vit à l’intérieur du pays.

La victime des faits qui n’est autre que son père géniteur, est convoquée à la barre par le juge.

-Monsieur Konan Konan, dit le juge, vous avez retiré votre plainte. C’est votre fils?

-Oui, confesse-t-il.

-Les propos contenus sur le pv (procès-verbal) sont-ils ceux de votre fils? Ou bien, est-ce vous qui avez fait écrire ces propos à l’officier de la police judiciaire?

Le plaignant, à son tour, éprouve du mal à réagir à la question du magistrat.

-Pour vous, fait remarquer le président, vous avez cru que l’affaire allait s’arrêter à la gendarmerie?

-Oui, réagit enfin le père.

-Donc, conseille le juge, si vous avez des comptes à régler avec votre fils, n’allez pas à la gendarmerie.

Assis, le procureur sollicite l’autorisation du président pour interroger le plaignant.

-Allez-y monsieur le procureur.

-Est-ce qu’effectivement l’enfant vous a menacé? Est-ce qu’il refuse d’aller à l’école comme vous le dites?

-Il a arrêté d’aller à l’école, réplique-t-il, en évitant avec finesse de répondre à la première question du procureur.

-Est-ce qu’il vous a effectivement menacé? Insiste le procureur

Très réticent, il avoue:

-Il est allé taper violemment à ma porte.

Conscient que son témoignage peut conduire à nouveau son rejeton pour un séjour en taule, le père a du mal à l’accabler par son témoignage.

-Si vous voulez le protéger, tempête le procureur, c’est votre enfant.

-Oui, il me menace verbalement, lâche prudemment le plaignant.

L’aveu terminé, le président lui demande:

-Est-ce que vous vous constituez partie civile?

-Non monsieur le président.

-Monsieur le procureur, vous avez la parole pour votre réquisition.

-Le prévenu ici présent est poursuivi pour des faits de violences et voies de fait à l’encontre de son père. Il a abandonné l’école et aujourd’hui, c’est à la drogue qu’il s’adonne. Sous l’effet de cette drogue, il est devenu une menace à la maison. Il va jusqu’à menacer son père quand ce dernier refuse de lui donner de l’argent. Convoqué à la barre, le père a du mal à témoigner contre son fils. Mais le pv de la gendarmerie relate éloquemment les faits. En effet, le père, excédé par le comportement de son fils, a saisi la gendarmerie pour qu’elle le corrige. Mais l’éducation d’un enfant n’incombe pas à la justice encore moins à la gendarmerie. Pour nous, les faits qui lui sont reprochés sont établis. C’est pourquoi, nous requérons que vous le déclariez coupable de ces faits-là. En répression, vous le condamneriez à 1 mois de prison et au paiement d’une amende de 10 mille francs CFA.

-Le procureur demande à ce qu’on te condamne à 1 mois de prison et au paiement d’une amende de 10 mille francs CFA. Comme tu es mineur, si tu es condamné, c’est ton père qui va payer l’amende de 10 mille francs CFA. Qu’as-tu à dire pour ta défense?

-Je demande pardon pour tout le mal que j’ai fait à mon père. Je ne veux pas qu’il ait peur de moi, je veux que tout redevienne comme avant.

-Comme ta mère n’est pas présente à la maison, est-ce que ton père ne te traite pas différemment des autres enfants de sa nouvelle femme?

-Si, acquiesce le prévenu, en hochant la tête.

-C’est ce qui te pousse à te venger contre ton père?

-Ce n’est pas pour me venger mais, pour lui montrer que moi aussi, je suis là.

-Le tribunal(…) te condamne à un mois de prison avec sursis et au paiement d’une amende de 10 mille francs CFA. Monsieur Konan, conseille paternellement le magistrat, faites tout pour améliorer vos rapports avec votre enfant.

Ce père négligent s’en tire à bon compte car sous d’autres cieux où la justice ne tombe pas dans l’émotion, il aurait pu sérieusement être malmené par le juge pour mauvais traitement de son rejeton.

Le revanchard condamné à 3 mois de taule

Coups et blessures volontaires. Telles sont les prouesses accomplies avec beaucoup de cran par Doumbia Adama sur ses deux adversaires, à la suite d’une bagarre qui a tourné en leur faveur. Ces faits se sont déroulés le 21/04 dans un village situé dans la commune de Yopougon. Interpellé après l’accomplissement de sa terrible vengeance, le prévenu a également comparu devant le juge correctionnel de la même juridiction du palais de justice de Yopougon.

Les deux victimes de ses agissements (il leur a administré des coups de poignard), certainement encore invalides, ont brillé par leur absence au procès.

-Tu attends, demande le juge, d’être jugé oui ou non en présence des plaignants?

-Je ne sais pas s’ils vont venir.

-Reconnais-tu les faits qui te sont reprochés?

-Oui, je reconnais les faits qui me sont reprochés. Mais c’était en riposte à leur agression.

En désaccord avec la réponse donnée par le mis en cause, le président décide de lui rafraîchir la mémoire, en narrant les faits.

-Au cours d’un match de football des dames, tu as mal regardé un monsieur et lui, il n’était pas content de ton regard. Il t’a regardé de la même façon et vous vous êtes regardés réciproquement. Cela a entraîné une bagarre et vous vous êtes battus. Le monsieur, aidé par un de ses frères, ils se sont mis à deux pour te frapper. Après la bagarre, en colère, tu t’es saisi d’un couteau et tu t’es rendu dans leur village pour te battre de nouveau avec eux. En vous battant, tu as sorti ton couteau pour les poignarder et tu as pris la fuite. Tu dis quoi maintenant?

-Je demande pardon.

-Monsieur le procureur, vous avez la parole pour prendre votre réquisition.

-Le prévenu, comme vous l’avez dit tout à l’heure, a, au cours d’un match de football, échangé un regard avec un spectateur et cela a débouché sur une bagarre. Mais la bagarre terminée, il est allé après poignarder les deux victimes chez elles. Son agissement constitue un acte de vengeance. Pour nous, les faits qui lui sont reprochés sont établis. Nous requérons, tout en lui reconnaissant des circonstances atténuantes, de le déclarer coupable et le condamner à 3 mois de prison et au paiement d’une amende 50 mille francs CFA.

En phase avec le réquisitoire du procureur, le juge a confirmé la sentence souhaitée par celui-ci. Ce prévenu peut se réjouir car sa soif de se faire justice lui-même a été tolérée par le tribunal.

Source : L’Eléphant déchaîné N°251

Repost 0
Published by tressia - dans Société
commenter cet article
15 mai 2014 4 15 /05 /mai /2014 23:51
Edition de Permis de conduire : Gaoussou Touré bloque tout !

C’est une idée plutôt ingénieuse ! Devant les difficultés qu’il éprouve à faire passer sa fameuse réforme des Transports essentiellement basée sur le contrôle de la parafiscalité du secteur, le ministre Gaoussou Touré a trouvé une solution pour le bonheur des demandeurs de permis.

Depuis quelques temps, ceux qui ont réussi tous les examens ne savent plus à quels saints se vouer pour rentrer en possession de leurs permis. La raison ? Eh bien la société qui produit ces permis, Interflex, a décidé de gérer avec parcimonie son stock d’imprimés pour éviter une rupture brusque dans la production et la délivrance des permis.

C’est que Gaoussou Touré-alors même que la société « Quipux » à qui il entend transférer les prérogatives de fabrication de son nouveau permis, n’a pas encore obtenu l’autorisation du chef de l’Etat pour démarrer ses activités-a écrit au fournisseur d’Interflex pour lui demander de ne plus accepter de commande venant de cet opérateur. Au motif que l’Etat a récupéré les prérogatives de fabrication du permis et qu’il n’appartient plus à Interflex de passer de nouvelles commandes d’imprimés.

Et sur la base de ce courrier, le fournisseur français a arrêté de travailler avec Interflex, d’où la lenteur dans la délivrance des permis aux nombreux demandeurs qui ne manquent pas de s’en prendre aux auto-écoles. Lesquelles ont voulu rentrer en grève mais ont levé leur mot d’ordre de grève après une rencontre avec Gaoussou Touré. Mais les assurances qu’il leur a données tombent les unes après les autres, depuis…

La situation est donc totalement bloquée. Depuis fin mars, Interflex et Starten n’ont plus reçu de courrier de Gaoussou Touré, prorogeant leur concession. Mais ces deux entreprises continuent de travailler sans avoir aucune visibilité sur l’avenir malgré les milliards investis et hypothéqués par les actions du Ministère des Transports.

Le Ministre des Transports qui, lui aussi-pensant que ses projets de loi portant suppression de la Sonatt et de l’Agetu, de même que l’approbation de sa convention avec « Quipux » allaient passer comme colis à la gare-n’a pas prorogé la concession des deux sociétés citées, se retrouve sans aucune autorisation du Chef de l’Etat. Et ne peut démarrer sa révolutionnaire réforme. Tel est pris qui croyait prendre ?

Entre-temps, après enquête, l’Inspection d’Etat a recommandé, dans un rapport remis au chef de l’Etat, l’arrêt pur et simple de cette réforme en raison de « l’opacité qui l’entoure ».

Pendant ce temps, les usagers ne savent plus à quels conducteurs se vouer…

Il n’y a vraiment qu’en Côte d’Ivoire que de telles choses puissent être possibles !!!

Source : L’Eléphant déchaîné N°251

Repost 0
Published by tressia - dans Société
commenter cet article
14 mai 2014 3 14 /05 /mai /2014 08:06
Côte d’ivoire-SINPORT 2014 : L’émergence aveugle 50 hôtesses

Sous l'égide du ministère des Transports, toujours à la pointe de la technologie, est organisée une manifestation grandiose dite Sinport à San Pedro du 6 au 9 mai : le but est de présenter notre merveilleux et exceptionnel port qui, après cette révélation, devrait connaître un essor que le monde entier va nous envier.

Pour assurer un charmant accueil lors de cette manifestation, il a été fait appel à des agences notamment une qui répond, aussi curieux que ça puisse paraître quand on lit la suite, au nom de "Sratégie" avec, comme stratège M. Bléou.

Une centaine de filles devaient être sélectionnées mais c'est finalement une cinquantaine qui a été retenue; elles ont assisté à Abidjan (gratuitement) à toutes les réunions préparatoires; tout semblait bien organisé, calé, cadré ! En effet, selon les prévisions des organisateurs, 400 exposants doivent être présents et 3 ou 4000 visiteurs viendront admirer les stands et merveilles portuaires de San Pedro ... Ça reste du domaine des prévisions !!

Le départ des hôtesses sélectionnées, a été fixé pour le lundi 5 mai. Le rendez-vous de regroupement était prévu aux Deux Plateaux à 10h pour un départ à midi ! (Toujours selon les prévisions).

Certaines sont arrivées à 7h du matin, sans savoir ce qui les attendait ! D’autres sont arrivées normalement et la longue attente a commencé. Des encadreurs, au nombre de quatre, étaient présents, tout semblait presque normal.

Un voyage de nuit, c’est beau !

Après de longues heures d'attente, deux bus immatriculés : 5041 FX 01 et 6545 FP 01 sont arrivés vers 14h mais un problème de carburant les a obligés à repartir. Finalement, ce n'est qu'à minuit et demi que les bus sont partis en direction de San Pedro pour y arriver à 6h30.

Des véhicules 4x4 de l'agence (plaques 943 GF 01 - 4839 GE 01 - 2976 GF 01 et 6746 GB 01) dont la stratégie n'est pas émergente, étaient également de la partie mais aucune protection particulière malgré les risques de circulation de nuit. Le groupe est enfin arrivé à l'hôtel qui était en principe réservé, mais c'est là que le sketch a commencé par un sérieux problème : comme l'heure d'arrivée prévue avait été fixée à 18h la veille, l'hôtelier a attendu, mais ne voyant rien venir, et la demande étant pour une fois très forte, il a loué les chambres à d’autres !!!

Personne n'a pensé à le prévenir du retard pourtant conséquent !!

Pour tenter de trouver une solution, on a prié ces demoiselles de rester dans les bus et ce, jusqu'à 10h ! Devant ce problème inattendu, les filles, baignant dans leur jus depuis plus de vingt-quatre heures, ont trouvé elles-mêmes une solution pour une douche et pour déposer leurs bagages en lieu sûr en utilisant la villa d'un parent de l'une d'elles.

On imagine la joie de l'hôte quand il a vu débarquer un peu plus de cinquante nanas chez lui !

L’enfer continue !

Durant la journée, repérages et boulot "normalement" avec accueil vers 16h du ministre des Transports qui avait drainé tous les militants du Rdr de la région.

Mais le soir venu, personne ne savait où faire coucher ces cinquante filles ; les encadreurs qui avaient conservé leurs chambres mangeaient joyeusement pendant que les filles étaient cloîtrées dans leurs bus.

Vers 22h30, le DG du port, Hilaire Marcel Lamizana, prévenu de cette totale confusion, a donné des instructions pour résoudre le problème.

Suite à cette intervention, une villa a enfin été trouvée vers 23h.

21 matelas d'une place y étaient posés à même le sol de cette villa désaffectée et très poussiéreuse. Les filles un peu fragiles à la poussière, pouvant leur déclencher des crises, ont dormi chez le même oncle qui a encore accepté cette charge. Dans la villa, il n’y avait pas d’eau. La Sodeci sera sollicitée pour venir en urgence brancher l'eau et enfin, les filles ont pu s’offrir un sommeil léger entre minuit et cinq heures. Ce qui a pu reconstituer tout ce petit monde !

Sur le site de l'exposition, on pouvait assister au remblayage toujours en cours le 5 mai, comme une impression d'émergence "à la va vite" !

Ah stratégie quand tu nous tiens !!!

Unité de valeur, le milliard !

A l’ouverture du sketch, les câbles de la compagnie ivoirienne d’électricité, las de se faire massacrer par les engins qui continuaient à circuler à l’intérieur de l’espace, ont congédié l’électricité. Résultat, prévu pour 9 heures, le sketch n’a commencé qu’à 14 heures, après que des groupes électrogènes ont été installés.

Allez, on peut commencer à présent la semaine industrielle et portuaire de San Pedro. « Au total, le Gouvernement prévoit un investissement global de 8, 243 mille milliards de Fcfa non compris les coûts des installations pétrolières (…) San Pedro comptera dans l’émergence de la Côte d’Ivoire… » A déclaré le Ministre des Transports, représentant le Premier Ministre Duncan.

En attendant cette émergence, les hôtesses ont dû réaliser que côté organisation, l’émergence a du pain sur la planche !

ALEX KASSY (in L’Eléphant déchaîné N°250)

Repost 0
Published by tressia - dans Société
commenter cet article
14 mai 2014 3 14 /05 /mai /2014 07:48
Côte d’Ivoire-Violations des droits de l’homme : Les victimes toujours en attente d’une consolation

Nul ne doit être au dessus de la loi. Cette pensée, les victimes de la crise socio-politique qu’a connue la Côte d’Ivoire depuis septembre 2002 jusqu’en mai 2011, semblent ne plus y croire du tout. Et pour cause, ces crimes, une décennie après, restent encore impunis. Un fait que huit organisations de défense des droits de l'homme (RAIDH, MIDH, LIDHO, APDH, OFACI, CLUB UA, CIDDH et PLAYDOO) ont décrié, le mardi 29 avril dernier, à travers la présentation d’un rapport qui englobe une dizaine d’autres par elles fait, rappelant les violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire perpétrées en Côte d’Ivoire donc, des atrocités vécues par les populations. C’était au Centre de Recherche et d’Actions pour la Paix (CERAP) sis à Cocody. Ce rapport retrace les témoignages des victimes de graves violations et citent les auteurs de ces crimes qui jusque là, n’ont été nullement inquiétés. A travers ce douloureux rappel, les organisations de défense des droits de l’homme avec en tête le Regroupement des Acteurs des Droits Humains (RAIDH) avec pour coordonnateur Bamba Sindou, plaident pour une justice équitable à l’égard des victimes ainsi qu’une réparation des torts qu’elles ont subis. Le processus de réconciliation en cours, cher à nos autorités, ne saurait se départir de ce volet et s’attarder uniquement sur les acteurs politiques qui sont encore loin de se regarder en frères, ont-elles fait savoir…Elles souhaitent donc rappeler à l’Etat de Côte d’Ivoire ses obligations vis-à-vis des nombreuses victimes ainsi que la nécessité de lutter de manière impartiale contre le cycle de l’impunité. Et ce, dans un processus de justice transitionnelle dans lequel les institutions chargées de sa mise en œuvre tardent à définir clairement une politique de prise en charge des victimes.

Recommandation à l’adresse de notre président

Et pour pallier cette lourdeur, et donner quelque peu satisfaction aux victimes, des recommandations ont été faites à l’endroit de notre président, aux ministères impliqués dans la justice transitionnelle, à la Cellule Spéciale d’Enquête et d’Instruction (CSEI), à la Commission Dialogue Vérité et Réconciliation (CDVR) et aux Partenaires Techniques Financiers de la Côte d’Ivoire. Le quadrupède se penchera sur les exhortations à l’endroit de notre président. Nos huit organisations de défense des droits de l'homme souhaitent que notre président élève au rang des priorités nationales, la réconciliation et la justice transitionnelle en mettant en place un mécanisme exceptionnel permettant aux structures étatiques impliquées dans le processus de justice transitionnelle de disposer en temps utiles des fonds alloués, afin de ne pas affecter la mise en œuvre de leurs activités. Ça c’est d’un. De deux, il devra mettre en place un cadre de coordination entre les institutions et structures en charge des victimes afin d’aboutir à une politique de prise en charge cohérente et efficiente. De trois, notre président devra veiller au respect scrupuleux de la séparation des pouvoirs, notamment le respect de l’indépendance des juges d’instruction de la Cellule Spéciale d’Enquête et d’Instruction. De quatre et c’est la dernière recommandation, il devra étendre le mandat de la CSEI aux événements allant de septembre 2002 à mai 2011.

On espère de tout cœur que notre président s’imprégnera de ces importants avis pour soulager son peuple…Quant aux victimes, elles peuvent se réjouir de savoir qu’un jour, leurs bourreaux seront derrière les barreaux, vu que leurs crimes sont imprescriptibles…

M.M (in L’Eléphant déchaîné N°250)

Repost 0
Published by tressia - dans Société
commenter cet article
14 mai 2014 3 14 /05 /mai /2014 07:38
Comité national des jeux de la francophonie (CNJF) : Beaucoup de bruits… En route pour l’humiliation?

La Côte d’Ivoire accueillera du 21 au 30 juillet 2017, la 8ème édition des jeux de la francophonie. Dix mois après la mise en place du bateau Comité national des jeux de la francophonie (CNJF), panne sèche.

Enjeux des jeux de 2017

Recommandée par le Conseil d’orientation du Comité international des Jeux de la Francophonie (CIJF), la Côte d’Ivoire a été désignée par les représentants des 77 Etats et gouvernements de la Francophonie devant le Tchad lors de la 87e session du Conseil Permanent de la Francophonie (CPF), qui s’est tenue le 15 mars 2013, en présence du Secrétaire général de la Francophonie, Abdou Diouf. C’est ainsi qu’a été mis en place le Comité national des jeux de la francophonie (CNJF) dirigé par l’ex ‘‘petit juge de Dimbokro‘’, Epiphane Zoro Ballo, selon le bon mot d’une ex-vedette du Gouvernement Bédié. Il a reçu pour mission de faire en sorte que la Côte d’Ivoire accueille effectivement les jeux de la francophonie, du 21 au 30 juillet 2017. Mais bien plus qu’une mission technique, il s’agit également pour le Cnjf, de redonner à la Côte d’Ivoire sa place en tant que pays phare et pays leader dans l’espace francophone.

Dans la foulée, il dévoile ses ambitions et promet que les jeux de la francophonie seront dans la vie de la Côte d’Ivoire ce qu’ont été les jeux olympiques en 1964 dans la vie du Japon, «le pays du Soleil levant». Lorsque le Japon a obtenu l’organisation des jeux olympiques, les Japonais se sont dit : «Tournons le dos à la guerre, tournons le dos à la division. On doit montrer à la face du monde que nous sommes une nation forte. Donc c’est à partir des jeux olympiques que le Japon moderne a été construit. Les Ivoiriens doivent se servir des jeux de la francophonie comme le moteur de l’émergence de la Côte d’Ivoire à l’horizon 2020». Parole de Zoro Epiphane. Ne sachant pas que 10 mois après sa nomination, il n’aura ni bureaux, ni moyens de mobilité, encore moins un seul Kopeck pour son fonctionnement. Il continue actuellement, de squatter les bureaux de la Commission Nationale de la Francophonie. Pis, ses quatre voyages effectués déjà avec toujours deux de ses collaborateurs, se sont faits à crédit. Et ce, par le biais de bonnes volontés. Les travaux du terrain olympique d’Ebimpé (Anyama) n’ont pas encore débuté. Et la Côte d’Ivoire s’attelle à postuler pour l’organisation de la Can 2019 ?

En route pour l’humiliation ?

Depuis l’organisation des derniers jeux de la francophonie en France à aujourd’hui, beaucoup d’eau a coulé sous le pont. Un atelier a été organisé fin 2013 pour l’élaboration du cahier des charges du Cnjf et de son programme d’activités. Lequel cahier, depuis, traîne encore dans les couloirs de la Primature. En début du mois de décembre 2013, une délégation composée d’experts de la Francophonie, issus du Comité international des jeux, a séjourné pendant 5 jours à Abidjan afin de s’assurer que la Côte d’Ivoire est vraiment apte à abriter les jeux de 2017. Elle a été reçue à la Primature, le 03 décembre 2013, à la salle A de cette Institution, aux environs de 19h. Satisfecit des experts. Mais chose curieuse, depuis la mise en place du Comité national des jeux de la francophonie et la désignation de son directeur général, l’on constate que rien n’a véritablement évolué. Alors que, les jeux de la francophonie, c’est près de 4000 jeunes attendus dans plusieurs domaines, notamment du football, de l’athlétisme, de la culture, de la danse, de la photographie, du conte, de l’environnement et du numérique. Et au nombre des invités attendus, des chefs d’Etat, des premiers ministres, des ministres, et autres autorités des 77 Etats de l’espace francophone. Ce qui suppose une préparation véritable pour éviter à la Côte d’Ivoire l’humiliation et le déshonneur lors du déroulement de ces jeux. Les ratés du Marché des arts du spectacle africain (Masa) dont la 8ème édition a eu lieu, du 1er au 8 mars 2014, sont encore frais dans la mémoire des Ivoiriens.

Duncan président du Comité de pilotage. Et pourtant !

Qu’est-ce qui bloque la mise en place effective du Cnjf, sa dotation en siège social, son équipement en matériels roulants et mobiliers, et sa budgétisation? Daniel Kablan Duncan, par ailleurs ministre de l’Economie et des Finances, est le président du comité de pilotage des jeux de la Francophonie. Il est appuyé par 12 autres ministres du gouvernement. Pourquoi et comment une structure d’une telle envergure, de surcroit présidée par le Premier ministre lui-même, ministre de l’Economie et des Finances, peut-elle être jusqu’à ce jour sans siège et sans budget de fonctionnement? Grande contradiction, quand on sait que c’est le ministre de l’Economie et des Finances qui autorise l’approvisionnement en fonds des structures de l’Etat….

Les promesses de Mambé tardent …

Le comité de pilotage doit se réunir tous les 3 mois. Cependant, depuis la dernière rencontre en décembre 2013 pour la signature du cahier des charges, et même après la signature depuis le 7 avril dernier, le comité peine encore à se réunir pour faire le bilan de la situation et donner les nouvelles orientations au comité national des jeux. Le district d’Abidjan qui accueille les jeux et également membre du comité de pilotage, avait promis à Zoro Epiphane, des locaux et 4 voitures de services. Mais depuis, plus rien. Et pourtant, lorsqu’il y a des rencontres en France, le gouverneur Mambé offre des billets d’avion à au moins 4 de ses collaborateurs pour représenter une délégation du district d’Abidjan. Cela a été le cas le 7 avril 2014 pour la signature du cahier des charges. Le dossier qui normalement devrait avancer, puisque la signature du cahier des charges marque le démarrage officiel des activités du Comité national des jeux de la francophonie, reste soigneusement rangé dans les tiroirs de la Primature. Les jeux de la francophonie, c’est une affaire de gros sous. On parle de plus de 4 milliards de FCFA pour l’organisation. Comme d’habitude, on attendra les derniers jours, puis on dira que le chef de l’Etat a sauvé la situation…

Il n’est pas beau, ce pays ?

TOURE ALI (in L’Eléphant déchaîné N°250)

Repost 0
Published by tressia - dans Société
commenter cet article
13 mai 2014 2 13 /05 /mai /2014 08:54
Ex-Air Ivoire /Agents liquidés : Le cri des morts… Le silence du Gouvernement-Bédié n’y peut rien!

Après neuf ans d’activités sanctionnés par un crash financier dû à une navigation à vue, l’actuel Gouvernement a décidé, en septembre 2011, de liquider la Société Nouvelle Air Ivoire, en jetant dans la poussière, environ 430 agents.

En lieu et place de cette structure, a été créée, avec promesse présidentielle de récupérer les agents de l’ex-Air Ivoire, une nouvelle société appelée Air Côte d’Ivoire.

Sauf qu’au décollage de cette nouvelle compagnie aérienne dont chacun des Ivoiriens, paraît-il, devrait être fier, 90% des agents de l’ex-Air Ivoire se sont retrouvés au sol. Sans activité.

31 mois plus tard, malgré le calcul de tous leurs droits par le liquidateur désigné par le Gouvernement, ces malheureux n’ont toujours perçu aucun rond.

Et la mort, comme c’est toujours le cas en pareille situation, a commencé à emporter les moins résistants à la misère.

Une compagnie aérienne vous manque et c’est la galère

Créée en 2002, la compagnie nationale de transport aérien (SN Air Ivoire), avait pour actionnaires principaux, « CFI aérien » avec 50,5%, la « Petroci », 38,5% et l’Etat de Côte d’Ivoire (tiens !) prospérait sur seulement 11%.

Quand le nouveau Gouvernement s’installe à la suite de la chute brutale des refondateurs, le nouveau chef de l’Etat réalise que cette compagnie qui vole à très basse altitude ne cadre pas avec les exigences de l’émergence, vu ses états financiers.

Tout de suite, il prend une décision : la dissolution pure et simple.

Aux 430 travailleurs qui crient leur désarroi devant cette décision, le chef de l’Etat promet la création d’une nouvelle compagnie et une place pour tous sur le premier vol de cette nouvelle compagnie. Personne ne serait laissé au chômage.

Mais au décollage du premier vol, moins d’une cinquantaine d’agents sur les 430, trouveront une place pour la nouvelle aventure aérienne dénommée « Air Côte d’Ivoire ».

Aux ex-employés d’Air Ivoire abandonnés au sol, il sera fermement tendu, le 15 décembre 2011, une lettre de licenciement, via un liquidateur nommé par le Gouvernement. « Suite à la décision de liquidation anticipée de la Société Nouvelle Air Ivoire prise par les actionnaires lors de l’Assemblée Générale tenue le 05 septembre 2011, nous vous notifions par la présente, la rupture de votre contrat de travail pour cause de liquidation, avec pour date d’effet le 16 septembre 2011. Vous voudrez bien trouver ci-joint, votre certificat de travail et votre état de solde de tout compte. Vos droits vous seront réglés dès que la trésorerie qui sera dégagée par la réalisation des actifs le permettra… »

Et c’était signé Balogoun Océni, le Liquidateur. Bonjour la misère ! Comment retrouver un emploi dans un secteur aérien où les emplois sont spécifiques et donc la reconversion jamais aisée ? Certains vont tout de suite tenter de mutualiser leurs expertises pour monter quelques petits business pour se prendre en charge, quand d’autres, individuellement, vont se lancer dans d’autres aventures après avoir conçu des projets précédés d’études solides de faisabilité.

Et sur quoi comptaient-ils pour financer tous les projets identifiés ?

Solde de tout compte non soldé

Pour financer leurs activités, ils comptaient tous sur le paiement de leurs droits légaux. D’autant plus que le liquidateur nommé par l’Etat, avait remis à chacun des nouveaux chômeurs, son support de « Solde de Tout Compte ».

Les montants à payer à chacun, selon le poste occupé et selon l’ancienneté, atteignent parfois 20 millions, voire 30 millions de Fcfa. (Voir document ) De quoi financer de véritables activités !

Mais voilà ! Depuis la remise du « Solde de Tout Compte », deux ans se sont écoulés. Sans qu’il ne se passe rien du tout et qu’aucune information crédible ne leur soit donnée quant à la date de paiement de ces droits.

De nombreuses promesses leur ont été faites et le paiement, chaque fois annoncé comme imminent, s’est transformé en un leurre.

En décembre 2013, sans doute à cause des pleurs des enfants, promesse a été faite que les droits seraient payés car pris en compte dans la dette intérieure. Mais le père noël n’existant pas, il ne s’est rien passé quand l’heure est venue de payer la dette intérieure. Les fournisseurs de l’Etat ont bien reçu une première tranche de ce qui leur était dû, mais les ex-agents de l’ex-Air Ivoire, n’ont vu aucun billet de banque voler dans leur direction.

« Ne désespérez pas, vous serez pris en compte dans la deuxième tranche en janvier 2014 ». Mais il ne s’est rien passé !

Si Bédié n’y peut rien !

Pour essayer de rentrer dans leurs droits, les ex-agents ont tout essayé. Du liquidateur au sommet de l’Etat en faisant escale chez le ministre de tutelle, l’immense Gaoussou Touré, il n’y a pas un couloir de l’administration qu’ils n’ont pas arpenté à la recherche d’une oreille attentive.

Leurs larmes ont été versées au Ministère de l’Economie et des finances, chez le Médiateur de la République, au Secrétariat général de la présidence, dans des chancelleries, etc. mais rien n’y fit.

Ils ont organisé un sit-in pour crier leur misère. Devant le Ministère des Transports. Mal leur en a pris. Leur dos a été lacéré par les matraques des Frci et certains parmi eux, y compris des mères de famille poussées dans la rue par la faim et les cris de leurs enfants, se sont retrouvés au trou dans les locaux de la préfecture de police. Là, après plusieurs heures de garde à vue, ils ont dû échanger leur liberté contre la promesse de ne plus troubler la tranquillité d’une République au travail qui piétine et méprise les droits de ses enfants.

Sortis de la préfecture de police, ils sont allés, via les responsables du collectif qu’ils ont mis en place, se lamenter auprès du sage de Daoukro, le vieux jeune, Henri Konan Bédié, qui vient de fêter on quatre-vingtième anniversaire (longue vie à lui).

Bédié leur a donné quelque espoir, éteint depuis. Puisqu’ils n’ont eu aucune suite, plus de deux mois plus tard. Mais il n’a pas encore dit son dernier mot !

Le cri des morts…le silence du Gouvernement

« L’Eléphant », pour comprendre la situation dans laquelle vivent les ex-agents, a échangé avec l’un des responsables (Koné Aboudramane) du collectif qu’ils ont mis en place et qui leur vient en aide de temps en temps en sollicitant des aides auprès de personnes de bonne volonté.

« La mort frappe dans nos rangs, nos camarades meurent, faute de pouvoir acheter le moindre médicament. C’est le cas de Poté Bon Fils, de Patrick Tanoh… Beaucoup parmi nous ont été expulsés de leur maison et vivent dans l’humiliation qui, chez un ami, qui chez un parent, qui, au village…Nos enfants ne vont plus à l’école depuis deux ans, nous sommes dans une dépression continue. Et pourtant, nous avons droit, nous aussi, à l’assistance de la République. Nos frères Ivoiriens en difficulté en Centrafrique ont été secourus, le décès de la sœur Awa Fadiga en raison, dit-on, de négligence au Chu de Cocody, a entraîné le limogeage de hauts responsables de cette structure sanitaire. Pourquoi une telle réaction de la part du Gouvernement ? Parce qu’une vie humaine est une valeur suprême avec laquelle on ne joue pas. Pourtant, nos camarades meurent parce que leurs droits légaux ne sont pas payés mais cela n’émeut personne. La vie de près de 400 personnes et celle de leurs enfants sont en danger, mais cela ne préoccupe personne. Pourquoi le Gouvernement nous fait ça ? Pendant ce temps, on augmente les salaires de quelques fonctionnaires, on revalorise les retraites, on annonce de recapitaliser Air Côte d’Ivoire, mais personne ne fait cas de nos droits à nous.

C’est l’Etat de Côte d’Ivoire qui a concédé à l’époque les droits de trafic à la SN Air Ivoire, laquelle les a cédés à Air Côte d’Ivoire. C’est l’Etat qui était propriétaire de la défunte Air Ivoire et c’est l’Etat qui l’a mise en liquidation. Combien d’argent le paiement de ces droits peut coûter à l’Etat de Côte d’Ivoire ?

Notre situation est désespérée. Certains avaient contracté des prêts auprès des banques. Et aujourd’hui, malgré le fait que ces prêts ont été obtenus sous la tutelle de notre ex-employeur, ces banques nous contraignent à rembourser sans attendre le paiement de nos droits. La situation est si rude que d’autres ont été obligés d’escompter leur allocation de retraite en acceptant de renoncer à 10 voire 25% du montant à percevoir au terme d’une retraite normale…nous et nos enfants, sommes en train de mourir de faim, d’humiliation et de privations… »

Dans le silence du Gouvernement qui, comme chacun le sait, est toujours très préoccupé par les injustices sociales dont sont victimes les Ivoiriens.

Assalé Tiémoko (in L’Eléphant déchaîné N°250)

Repost 0
Published by tressia - dans Société Politique
commenter cet article
13 mai 2014 2 13 /05 /mai /2014 08:45
JUSTICE- A la barre : Des accrocs de la drogue domptés par le tribunal «Monsieur le procureur, pardon»

Ils sont au nombre de deux prévenus à être convoqués par le juge à la barre. L’un s’appelle Coulibaly Sié Ahmed, il est poursuivi par le tribunal correctionnel pour des faits de détention illicite de drogue en vue de la vente, et l’autre se nomme Bamba Ibrahim. Ce dernier est attrait devant cette juridiction pour les faits de détention illicite de drogue en vue de sa consommation. Ils ont tous les deux été interpellés le 17/04 à Yopougon par la police et ils ont comparu le 30/04, soit après 13 jours de détention, devant le juge répressif, pour enfin s’expliquer sur leur amour inconditionnel pour cette substance prohibée.

Résumant les propos déjà tenus par chacun des mis en cause, pendant leur audition au parquet, le président relate:

-Interrogé par le procureur, Coulibaly Sié Ahmed a déclaré: «Je ne reconnais pas les faits qui me sont reprochés. Je consomme souvent de la drogue pour calmer le mal (une hernie) dont je souffre». Bamba Ibrahim a quant à lui, déclaré: «Je ne reconnais pas les faits. Je ne consomme pas de la drogue. La police n’a rien découvert sur moi».

Cela fait, le juge riposte:

-Aujourd’hui, vous dites quoi devant le tribunal?

Mais avant de laisser les prévenus réagir, il demande au procureur:

-Monsieur le procureur, y-a-t-il un scellé?

-Oui, répond ce dernier en brandissant au juge une enveloppe kaki contenant, selon ses dires, 300 grammes de cannabis et un joint de cette substance psychotrope.

-Il(le scellé) appartient à qui?

-C’est pour les deux prévenus, réplique le procureur.

Instruit, le magistrat entame les débats avec les prévenus.

-Vous vous connaissez? Leur Demande-t-il.

-Non chef, rétorque Bamba Ibrahim.

-Vous habitez le même quartier et vous ne vous connaissez pas? Tempête le juge, incrédule. Vous vous connaissez, fait-il savoir avec sang-froid, aux prévenus.

-Où avez-vous été arrêtés?

-Moi, je charge les taxis «au lavage» (un endroit situé en face de l’église catholique ‘’Saint André’’ à Yopougon), fait savoir Coulibaly Sié Ahmed. Je fume la drogue mais ils (les agents de la police) n’ont rien découvert sur moi, persiste-t-il.

-J’étais, raconte à son tour Bamba Ibrahim, dans un couloir (situé dans le même endroit) en train de me soulager quand j’ai été appréhendé par quatre individus.

Curieux, le président lui demande:

-Ils ne t’ont même pas laissé le temps de te nettoyer et ils t’ont attrapé?

-Oui, un premier homme est arrivé dans les toilettes et il m’a saisi par les cols pour me donner une gifle, et ils m’ont ensuite pris de force pour m’emmener.

-Ce que tu dis est invraisemblable. Cet agent est aussi courageux que ça pour te prendre dans cet état sale? Monsieur le procureur, avez-vous des questions à poser aux prévenus?

-Non, monsieur le président.

-Vous avez la parole pour prendre votre réquisition.

-Coulibaly Sié Ahmed et Bamba Ibrahim sont respectivement poursuivis pour des faits de détention illicite de drogue en vue de la vente et de détention illicite de drogue en vue de sa consommation. Le premier prévenu déclare consommer la drogue pour calmer le mal dont il souffre. Mais il poursuit en disant que le jour de son interpellation, il n’avait pas en sa possession de la drogue. Et le second, lui, ne reconnaît pas les faits qui lui sont reprochés. Cependant, les agents de la police qui les ont interpellés ont découvert en leur possession cette quantité de drogue contenue dans l’enveloppe. Nous requérons, en ce qui concerne Coulibaly Sié Ahmed, une requalification des faits en ceux de détention illicite de drogue en vue de son usage personnel. Ces faits une fois requalifiés, vous les déclareriez coupables. Et vous condamneriez chacun à 12 mois de prison et au paiement d’une amende de 200 mille francs CFA.

-Qu’est-ce que vous avez à dire pour votre défense?

-Je demande pardon, confessent-ils, mot pour mot, à tour de rôle.

12 mois fermes de prison, le paiement d’une amende de 200 mille francs CFA(pour chacun des prévenus) et la confiscation du scellé en vue de sa destruction, telle a été la décision du tribunal après avoir requalifié les faits, comme voulu par le procureur, en ce qui concerne Coulibaly Sié Ahmed, aux termes de 19 minutes de procès. Désormais en taule, ils disposent d’un temps assez suffisant pour méditer sur leur passion pour la drogue.

11 petites minutes ont suffi pour sceller le sort du présumé voleur

Soustraction frauduleuse de vêtements, telle est la prouesse réalisée par Baldé Yssouf, un ressortissant Burkinabè, âgé de 21 ans et vivant en Côte d’Ivoire. Cet acte illicite mis à sa charge, a été perpétré le 20/04 dans une église du Christianisme céleste, située à Yopougon Banco. Pour répondre son «audace», il a également comparu devant la même juridiction correctionnelle pour se défendre.

La victime du vol a vaillamment brillé par son absence à ce procès (elle a été appelée à 4 reprises sans succès, par le président).

-Monsieur le procureur, dit le juge, avez-vous des observations à faire par rapport à l’absence de la victime?

-La victime a été contactée. Je ne sais pas la raison pour laquelle elle n’est pas venue au procès.

Après cet aveu d’impuissance du procureur, le président décide de poursuivre le procès.

-On t’a trouvé dans une église, raconte le juge, avec un sac contenant les vêtements d’une dame. Et toi, tu as dit que tu étais à la recherche de fer mort. Pourquoi c’est dans une église, à 4 heures du matin, tu vas à la recherche de fer mort?

-C’est dans une église inachevée, se défend le prévenu.

-Si tu n’es pas allé voler le fer à béton de cette église, tu faisais quoi là-bas à cette heure?

-Mon sac était déjà rempli. J’ai commencé à ramasser le fer mort à partir du Carrefour zone jusqu’à Banco.

-Pourquoi c’est à 4 heures du matin tu commences ce travail?

-Je suis allé prier à la mosquée et c’est de la mosquée, j’ai commencé à travailler.

-C’est à quelle heure tu vas à la prière?

-A 4 heures du matin.

Le procureur demande l’autorisation du président pour interroger à son tour le prévenu.

-Allez-y monsieur le procureur, dit le président.

-Est-ce qu’on n’a pas trouvé les habits de la dame dans ton sac?

-Ses habits étaient accrochés sur le mur de la maison.

-Tu dis quoi? S’agite le président. Des habits accrochés, poursuit-il, dans une maison que tu dis inachevée? Monsieur le procureur, vous avez la parole pour votre réquisition.

-Le prévenu ici présent est poursuivi pour des faits de vol portant sur des vêtements. A la barre, il tente de nier les faits. Mais pour nous, tout ce qu’il dit ne nous convainc pas. C’est pourquoi nous requérons qu’il vous plaise de le déclarer coupable des faits qui lui sont reprochés. En répression, vous le condamneriez à 6 mois de prison et au paiement d’une amende de 50 mille francs CFA.

-Le procureur dit de te condamner à 6 mois de prison et au paiement d’une amende de 50 mille francs CFA. Tu dis quoi pour ta défense?

-Monsieur le procureur, pardon.

-Très bien! On a compris.

Après un bref moment de concertation avec les juges assesseurs, le président demande au présumé voleur:

-Tu es de quelle nationalité?

-Je suis Burkinabè.

-Merci pour ta sincérité.

6 mois de prison, le paiement d’une amende de 50 mille francs CFA et l’interdiction du territoire national pendant 5 ans, tel a été le verdict du tribunal après 11 minutes de procès. Après toute la peine qu’il s’est donné pour collecter ce fer mort, il ira séjourner à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan(Maca) sans pouvoir bénéficier des fruits de sa collecte nocturne.

Noël Konan (in L’Eléphant déchaîné N°250)

Repost 0
Published by tressia - dans Société
commenter cet article
13 mai 2014 2 13 /05 /mai /2014 08:32
Abidjan-Commissariat du 22ème : On n’appréhende pas de voleur le samedi

Les habitants d’Angré sont priés de faire attention à ne pas recevoir un voleur le samedi, sinon ils devront se débrouiller tous seuls comme des grands. Parce que le commissariat du 22ème ne s’occupe pas des voyous le samedi. La famille J. O. en a fait le constat, le samedi 26/4. En effet, ayant été victime d’un vol dans la nuit du mercredi au jeudi 24/4, le père de famille Jacob O. a lui-même mené son enquête pour démasquer le malfrat. C’est ainsi que le samedi, il réussit à suivre les traces de ce dernier, qui selon son informateur, se trouvait dans un maquis au terminus du bus 81 d’Angré, dans la commune de Cocody. Il court donc avertir le commissariat aux alentours de 21 heures pour avoir des éléments afin d’arrêter cet individu qui prend son beurre dans la poche des autres. Mais grande sera sa surprise quand l’agent de garde l’informe que le commissariat n’appréhende pas de bandits le samedi. Ah bon? «Pourquoi vous avez fait notre boulot à notre place? Bon les samedis, on n’appréhende pas de voleur. Donc portez votre plainte et nous allons suivre l’affaire nous-mêmes», lui suggère l’agent de police. L’effet de surprise passé, Jacob O. décide de prendre les choses en main et part chercher du renfort afin de ne pas rater cette occasion qui s’offrait à lui pour mettre la main sur son agresseur. A 23 heures donc, il revient encore sur ses traces, au commissariat, dire à son interlocuteur d’il y a quelques heures, que le voleur était avec lui et qu’ils pouvaient donc faire leur travail. Le pauvre! Après lui avoir encore rappelé qu’on n’appréhende pas de voleur le samedi, l’agent lui demande de porter plainte, ce que le sieur fait sans hésiter. C’est par la suite que le policier lui donnera d’autres arguments, pour ne pas avoir affaire au voleur. «C’est-à-dire que notre cachot n’est pas prêt pour recevoir d’autres prisonniers. Conduisez-le à la gendarmerie de Cocody», conseille encore l’agent.

Le citoyen, inquiet de devoir effectuer cette distance avec un homme à la moralité douteuse, lui demande si cela ne cause pas un problème de compétence du fait que l’agression s’est passée à Angré. Suivons notre agent. «Non ça ne pose pas de problèmes. Eux, c’est la gendarmerie nationale, donc leur compétence, c’est sur tout le territoire. Nous, c’est la police nationale». Bien dit!

Jacob O. déçu, se résigne à conduire son voleur au lieu gentiment indiqué par le représentant de la loi.

Mais que fait le Ministre de l’Intérieur ? C’est à l’agressé de se promener désormais avec l’agresseur à la recherche d’un violon libre ?

Mireille Appini (in L’Eléphant déchaîné N°250)

Repost 0
Published by tressia - dans Société
commenter cet article
13 mai 2014 2 13 /05 /mai /2014 08:17
France : Un groupe d’étudiants crée une association caritative pour aider les enfants d’Afrique

Un groupe d’étudiants du groupe EDHEC de Nice (France), a créé une association caritative dénommée " Vill’à’joie " qui a pour but de venir en aide aux enfants africains dans l'optique de la promotion de l’éducation sur le continent africain. Pour leur première activité, ils offriront un nombre conséquent de fournitures scolaires à un village marocain.

Tout au long de l’année, ils auront collecté et acheminé du matériel vers le Maroc et effectué diverses activités.

Repost 0
Published by tressia - dans Société
commenter cet article
10 mai 2014 6 10 /05 /mai /2014 22:58
Excellence à l’Ecole/ Le député N’guessan Dénis aux Enseignants: "Évaluez les élèves dans l'équité et allez à des examens sans fraude"

Excellence à l’Ecole/ Le député N’guessan Dénis aux Enseignants: "Évaluez les élèves dans l'équité et allez à des examens sans fraude"


Invité pour parrainer les journées de l'excellence dans l'inspection primaire de Divo 1, l'honorable N’guessan Dénis, accompagné de son collègue Kedi Zabe Félix ont saisi cette occasion pour passer des messages forts aux enseignants en présence du Directeur Régional de l'Éducation Nationale et de l'Enseignement Technique, Kouamenan Bosson Albert et de l'inspecteur N'dri Kouadio Castel. Pour l'honorable N’guessan Dénis : "je vous exhorte en cette fin d'année, d'amener vos élèves à cultiver le travail personnel. Ne soyez pas les fossoyeurs des examens en voulant aider les enfants. Travaillez dans la justice et l'équité. Vous comprenez que ces élèves que nous primons ce jour n'ont pas eu besoin de votre aide pour obtenir ces moyennes qui pour la plupart tournent autour de 19/20. C'est cela la culture du mérite qui débouche sur l'excellence". À t'il fait remarquer. Il a ensuite demandé aux enseignants d'être les porte-voix des élus afin qu'ils invitent les populations à adhérer au processus du recensement général des populations car pour lui c'est à ce prix que l'ETA peut programmer des réalisations et des infrastructures qui peuvent profiter à tous. C'est par des matchs de football entre les enseignants, les institutrices et les élèves que cette sympathique cérémonie à connu son terme après les séances de remise de diplômes aux enseignants et des prix d'excellence aux meilleurs élèves des cinq secteurs pédagogiques que compte cette inspection.

G.T.

Repost 0
Published by tressia - dans Société
commenter cet article