Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de tressia
  • Le blog de tressia
  • : Politique, economie, société, sports, humour, pensées, crise ivoiriennes
  • Contact

Recherche

Archives

2 juillet 2010 5 02 /07 /juillet /2010 11:35

 

presse_image.1207577924.jpg

                                                        Bientôt une presse de chiffon en Côtre d'Ivoire

_____________________________________________________________________________________________

 

 

Bravo au CNP-GEPCI-SYNAPPCI-MICOM qui viennent de signer la Convention Collective dévaluée de la presse nationale de Côte d'Ivoire. Avec 140.000FCFA pour une Licence, c'est vraiment une façon encourageante de faire évoluer les journaliste (sic). Alors que cette même licence dans des secteurs moins sensibles que la presse a une valeur triple. Le ministère de la Communication, le CNP (gendarme de la presse) et le Synappci (sensé défendre les intérêts des travailleurs de la presse privée) viennent de signer le contrat d'avilissement des journalistes de Côte d'Ivoire. Journalistes à qui on demande de vivre de son salaire en ces temps où la plus petite maison à louer coute 60.000FCFA et la popotte journalière est à 3000FCFA (soit 90.000FCFA/mois). On est déjà au-dessus du salaire du journaliste qui est de 140.000FCFA. Même si on y ajoute les 25000FCFA de transport et les 8400FCFA (soit 6% de 140.000) de prime de logement, le journaliste ne pourra plus mettre ses enfants à l'école, se soigner etc. Même avec un BTS (Bac+2), on gagne mieux ailleurs avec 150.000FCFA comme base en plus des 25000 de transport et des avantages supérieurs. Bravo donc d'offrir la misère aux journaliste avec licence (Bac +3) d'Etat.

L'Histoire de la Côte d'Ivoire a bien noté votre acte.

Guy Tressia

Repost 0
Published by tressia - dans Médias
commenter cet article
1 juillet 2010 4 01 /07 /juillet /2010 18:53

Blatter.jpg

Les sélections africaines sont des cibles faciles pour les dirigeants du continent, qui n'hésitent pas à les instrumentaliser selon leurs performances du moment. En novembre dernier, le Syli guinéen avait ainsi été dissous. Aujourd’hui, pendant que les accusés de la débâcle des "Bleus" français, Escalettes et Domenech passaient devant les représentants du peuple français, mercredi dernier, le président nigérian, Goodluck Jonathan, a tout simplement décidé de suspendre la participation des "Green Eagles" à toutes les compétitions internationales pour une durée de deux ans. Les mauvais résultats au Mondial-2010, selon le porte-parole de la présidence nigériane, Ima Niboro, sont à la base de cette décision. Le Nigeria a été sorti dès le premier tour de la compétition, battu par la Grèce et l'Argentine, puis tenu en échec par la Corée du Sud (2-2). En France, les auditions de Raymond Domenech et de Jean-Pierre Escalettes ont été «une séance un peu triste», a estimé le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, Jean-François Copé. Selon lui, cette équipe française avait révélé avant la compétition «de nombreux dysfonctionnement de gouvernance et de management dans les messages à adresser à cette équipe». Il a plaidé pour «moderniser la gouvernance de cette fédération de manière générale».

Et pourtant, ce genre d'ingérence du monde politique dans les affaires sportives est mal perçu, voire défendu par la Fifa, qui prône l'indépendance des fédérations nationales vis-à-vis des politiques. La décision de Goodluck Jonathan pourrait valoir à la fédération nigériane une suspension, comme cela avait été le cas en 2009 pour son homologue irakienne. Pour la France, Joseph Sepp Blatter, président de la FIFA, avait déjà prévenu les Français de cette intrusion de la politique en sport. Il avait même menacé de suspendre les Tricolores français si la politique s’ingérait dans la gestion de la FFF. Les responsables de cette débâcle française sont passés devant le parlement. Que va décider la FIFA ? Les jours à venir nous situeront sur le sort du Nigeria et de la France.

Guy Tressia

Repost 0
Published by tressia - dans Sports
commenter cet article
29 juin 2010 2 29 /06 /juin /2010 19:44

 

 

CIV Bresil1252518 thumbGhana-Usa.jpg

Après l’échec des Eléphants au mondial sud-africain, en cours actuellement, les avis sont partagés. Les Ivoiriens se perdent en conjecture. Certains sont mécontents des résultats des pachydermes quand d’autres les félicitent pour leurs prestations de haute lutte. Mieux, il y en a qui les comparent aux Black Stars du Ghana qui ont été qualifiés pour les huitièmes puis les quarts de finale. Mais au fait, qui de la Côte d’Ivoire et du Ghana méritait-il la qualification pour les huitièmes ? En effet, avant les matchs de poule, le Ghana n’avait pour argument que la jeunesse de son effectif et la coupe du monde des moins de 20 ans remportée l’an dernier. Michael Essien étant forfait, le Ghana comptait sur Muntari, comme joueur d’expérience. Les Black Stars se classaient, en termes de favori, derrière les Eléphants de Côte d’Ivoire. Mais, ils n’ont eu la chance que par le fait de figurer dans une des poules dites facile quand la Côte d’Ivoire était confrontée au Brésil (pays N°1 mondial avec 19 participation sur 19 coupes du nmonde organisées par la FIFA) et le Portugal (N°3) dans une poule G, dite "poule de la mort". Mais face à ces dinosaures du football mondial Didier Drogba, Touré Kolo, Kader Kéita, Gervinho et leurs camardes coachés par le Suédois Sven-Göran Eriksson ont terminé les matchs de poules à la 3ème place derrière le Brésil et le Portugal avec 4 points +1. Les experts ont dit que la hiérarchie a été respectée. Le Ghana, lui aussi, dans sa poule a obtenu son ticket pour les 8èmes avec 4 points +0. La Côte d’Ivoire a fait une victoire, un nul et une défaite. Même résultat avec le Ghana. La Côte d’Ivoire a marqué 4 buts et encaissé 3. Le Ghana en a marqué 2 et encaissé 2. Les Black Stars étaient au bord de la sortie dès le premier quand par coup de chance, ils ont été sauvés, malgré leur défaite face à l’Allemagne (1-0), par la victoire de l’Australie sur la Serbie (2-1). Mais si la Serbie avait battu l’Australie, elle passait avec 6 devant le Ghana. Les Ivoiriens ont eu deux fois moins de chance. Après la poule de la "mort", il fallait marquer 9 buts contre la Corée du Nord et espérer que le Brésil gagne le Portugal. C’est le nul blanc entre le Colon (Portugal) et le Colonisé (Brésil) qui a fait tomber les protégés de Jacques Anouma. Sinon, à cette compétition des 32 meilleures équipes du monde, le Ghana a seulement eu plus de chance que la Côte d’Ivoire. Les sportifs ivoiriens devraient être fiers de leur équipe et de ses dirigeants qui mis tous les moyens pour que le pays ait une "participation honorable". Objectif atteint par le Suédois Eriksson et la FIF.

Guy Tressia

guy_tressia@yahoo.fr

Repost 0
Published by tressia - dans Sports
commenter cet article
28 juin 2010 1 28 /06 /juin /2010 17:12

 

Ghana_succes.jpg

Il était au bord de la sortie dès le premier tour et pourtant, voilà le Ghana qualifié pour les quarts de finale de la Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010. Aussi irrésistibles qu’imprévisibles, les Black Stars ne sont plus qu’à trois victoires du titre suprême. Le Ghana peut-il remporter la Coupe du Monde de la FIFA 2010?

Bien qu’on le disait affaibli par le forfait de Michael Essien, et perturbé par la méforme de ses cadres Sulley Muntari, Stephen Appiah et John Mensah, le Ghana a su se sortir d’un groupe très équilibré, comportant l’Allemagne, l’Australie et la Serbie.  S’appuyant sur le sens du but de Gyan Asamoah en attaque, la fraîcheur de ses récents champions du monde U-20, et sur l’expérience du Serbe Milovan Rajevac sur le banc, les Black Stars ont réussi là où les cinq autres équipes africaines ont failli : se qualifier pour le deuxième tour. Mais ce n’est pas tout ! Désormais portée par tout un continent, la sélection d’Afrique de l’Ouest a réussi à faire chuter les surprenants Américains, ce que l’Angleterre, la Slovénie et l’Algérie n’avaient pas réussi. C’est désormais l’Uruguay qui se présent sur sa route. Le Ghana aura-t-il les ressources pour sortir du piège sud-américain ? Si c’est le cas, pourra-t-il s’extirper enfin du dernier carré avant de monter sur la plus haute marche de la plus prestigieuse des compétitions ? Oui les Ghanéens ont une chance de battre l'Uruguay s’ils ont récupéré de leur 8ème de finale. Et si leur sélectionneur se décide à aligner d’autres joueurs frais pour épauler Gyan qui, tout seul, ne pourra pas faire la décision à chaque fois, surtout qu’André Ayew ne participera pas au match des quarts de finale pour deux cartons jaunes reçus. Et puis, à ce stade de la compétition, tout peut arriver. En plus et surtout que le Ghana n'a plus rien à perdre. Les Black Stars ont tout à gagner en volant de surprise en surprise. Le pays d’Abedi Ayew dit Abedi Pelé, triple ballons d'or africain (1991, 1992 et 1993) n'est pas favori face à l'Uruguay et il ne le sera pas non plus en demi et en finale. Alors, le Ghana pourra jouer sur l'effet de surprise. Pour ces quarts de finale, face à l’Uruguayens, le Ghana devrait faire attention au sens tactique et à la technique des Sud-Américains qui pourrait jouer contre eux. Mais, soutenu par les Sud-africain, les Ghanéens et par tous les amoureux du foot des 53 pays d’Afrique, les Black Stars peuvent et doivent se sublimer. Et nous y croyons. Allez les Black Stars pour donner à l’Afrique, sa 1ere demi-finale !

Guy Tressia

Repost 0
Published by tressia - dans Sports
commenter cet article
27 juin 2010 7 27 /06 /juin /2010 19:54

eriksson416

L’aventure est terminée. Les Eléphants, favoris parmi les favoris, n’ont pu se qualifier pour les huitièmes de finale. Comment les Ivoiriens doivent-ils prendre ce résultat ? Déception ou espoir ? Une chose est sûre, l’équipe ivoirienne n’a pas déçu. Elle a montré qu’elle a fait beaucoup de progrès.

Après le limogeage de Vahid Halilhodzic, nombreux sont les Ivoiriens qui avaient prédit une catastrophe pour leurs représentants à cette Coupe du monde africaine jouée au pays de Mandela. Ils exprimaient ainsi, et à juste titre, leurs inquiétudes quant au vide qui s’est installé après le départ de Vahid et le recrutement de Sven-Göran Eriksson. Le 28 mars dernier, au soulagement s’est mêlé encore des inquiétudes, à l’annonce du nouvel entraîneur des pachydermes ivoiriens. Même après l’annonce de l’objectif assigné au Suédois. «Conduire notre équipe lors du Mondial 2010 en Afrique du Sud et faire en sorte qu'elle y ait une participation honorable, dans une compétition réservée aux 32 meilleures nations de football au monde. Ce qui à l'évidence, sera difficile», stipulait le communiqué de la FIF, relatif à l'engagement du Suédois. Des inquiétudes ont surgi, surtout que plus d’un mois après sa nomination, Eriksson était toujours en Europe. Il n’avait pas toujours été présenté au public de Côte d’Ivoire. Cependant, les craintes se sont peu à peu diluées lorsque les Ivoiriens ont appris que le Suédois avait déjà commencé à travailler, depuis l’Europe. Mais des problèmes demeurent. L’indiscipline, le manque de cohésion et de solidarité, qui sont les plaies des nouveaux poulains d’Eriksson, ont été évoqués par les amoureux du football et des Eléphants. Alors, on est venu à se demander si le Suédois réussira à guérir ces plaies qui ont rebuté ses prédécesseurs Robert Nouzaret, Henri Michel, Ulrich Stielike, Gérard Gili, Vahid Halilhodzic, qui ont connu des fortunes diverses. Eriksson pourra-t-il apporter ce petit plus qui permettrait aux Eléphants de se surpasser et de donner à la Côte d'Ivoire «la participation honorable» attendue par tous ? Sans se prononcer, le Suédois s’est mis au travail à moins de deux mois de l’ouverture de la compétition. Résultats : trois rencontres, une victoire, un nul et une défaite. Mais surtout, une évolution nette dans la prestation des Eléphants. Pour la première fois de l’histoire footballistique de la Côte d’Ivoire, les Eléphants perdent et les Ivoiriens sont contents de leur équipe, de l’entraineur et des dirigeants. Car les joueurs ont mouillé le maillot. La discipline, la cohésion et le "fighting spirit" affichés par les représentants ivoiriens ont été à la base de ce résultat honorable. Et, Touré Kolo Habib avait donné, avant les rencontres, le nouvel esprit des Eléphants : "Eriksson a changé la mentalité de l’équipe et de chaque gars. Il nous pousse à jouer en équipe et pas chacun pour soi. On a toujours eu des bons joueurs, mais sans jamais être capable d’évoluer en bloc uni, de défendre et d’attaquer ensemble. C’est ce à quoi on travaille…la Côte d’Ivoire c’est, aujourd’hui, 23 joueurs. C’est le collectif qui fera la différence (…) On en a pris conscience. Chacun doit se battre pour son coéquipier et tous ensemble pour le pays", avait-il confié à fifa.com. Aruna Dindane dira, quant à lui : "Nous jouerons sans pression…". Alors le Suédois pouvait rassurer en disant : "J’y crois…". Oui, on y a tous cru et les Eléphants n’ont pas déçu. L’entraîneur a atteint son objectif : "participation honorable". L’œuvre du Suédois Sven-Göran Eriksson a honoré toute la Côte d’Ivoire parmi les 32 meilleures équipes nationales du monde. Et tous s’accordent pour que son œuvre se poursuive. Car, selon certains experts, si Eriksson tient cette équipe jusqu’à la prochaine Coupe d’Afrique des Nations (CAN 2012), Didier Drogba et ses camarades seront "un foudre de guerre". A la Côte d’Ivoire de déterminer les objectifs. En tout cas, bravo et merci à Sven-Göran !!!

Guy Tressia

Repost 0
Published by tressia - dans Sports
commenter cet article
24 juin 2010 4 24 /06 /juin /2010 20:25

Eriksson-296.jpg

Le lundi 21 juin, après la rencontre des Eléphants face à la Seleçao, un gros coup de gueule a été poussé par un spécialiste français du football africain, Frank Simon, et il était adressé à ces joueurs qui furent (et sont encore) l'élite du football ivoirien, les "Académiciens". Ils ont été révélés au monde par Jean-Marc Guillou, leur mentor et «vieux père», la plupart passés par l'ASEC d'Abidjan. On les a connus dès 1995, quelques mois à peine après la création de l’Académie Mimos-Sifcom, sur les bords de la lagune Ebrié, à Abidjan. Ils n'étaient que des enfants, mais quels joueurs ! Leur première sortie en match officiel de la CAF a été un délice face à Espérance de Tunis, en Super Coupe d’Afrique des clubs. Et l’Asec d’Abidjan avait remporté ce trophée de la plus belle manière. Ces joueurs avaient une éducation parfaite, tant sur le plan scolaire que sportif. Un état d'esprit différent, un jeu fluide, à base de passes, toujours en mouvement. Malheureusement, ces mêmes enfants, à Soccer City, hormis Guy Demel, Cheikh Tioté et Didier Drogba, tous les joueurs figurant dans le onze de départ étaient des Académiciens, n’ont pu donner espoir à une Côte d’Ivoire qui les attendait dans cette coupe du monde. "A notre sens, peu importe le système : ce qui compte, ce sont les hommes, et on n'a pas eu l'impression qu'ils aient respecté l'idéal «académicien». A l'arrivée, c'est le Brésil, sur quelques fulgurances, qui a capitalisé les erreurs des Eléphants. Les voici tout proches d'une nouvelle élimination, dès le premier tour, comme en 2006. Est-ce une génération maudite ? Elle n'a jamais rien gagné au plus haut niveau, à part une médaille d'argent à la Coupe d'Afrique des nations 2006. Elle nous avait tant subjugués à ses débuts qu'aujourd'hui, on a comme le sentiment d'une trahison par rapport aux promesses qu'elle avait suscitées", a écrit Frank Simon, après le 3-1 face au Brésil. "(…) Aux joueurs de reprendre le pouvoir, et de retrouver ce jeu, si pur, qu'ils semblent avoir égaré, enterré peut-être, en chemin. A la vérité, on n'y croit plus guère, et c'est avec tristesse que nous envisageons, d'ici deux, trois ans peut-être, la fin de ce qui fut, à notre sens, l'un des plus beaux projets humains du XXe siècle", s’est indigné le spécialiste français. Cependant, on se souvient que lorsque les "Académiciens" jouent entre eux, ils pratiquent le football appris à "l’Académie Mimos-Sifcom". Le jeu est posé avec des passes courtes et précises, évoluant en groupe compact et harmonieux. Mais lorsqu’il y a dans le match des joueurs qui n’entrent pas dans leur système, ils sont perdus. Ils sont obligés de balancer les balles sur la tête de Drogba et faire de longues transversales avec les autres joueurs. Leur jeu d’académiciens se perd. On se rappelle, le match contre la Serbie-Monténégro en 2006 et le Portugal en 2010 sans Drogba. L’on a vu le jeu posé fait de courtes et précises passes, avec une possession de balle bien maîtrisée pendant 65 mn. Et si "Académiciens+ Mécaniciens" était une combinaison qui ne marche pas, pourquoi ne pas composer avec les seuls académiciens ? Car, nous ne croyons pas que cette génération de footballeurs talentueux soit maudite pour n’avoir pas glané d’importants trophées.

Guy Tressia

Repost 0
Published by tressia - dans Sports
commenter cet article
22 juin 2010 2 22 /06 /juin /2010 19:02

France-AfSud.jpg

La France, la grande France, championne du monde en 1998, est sortie du mondial sud-africain par la petite porte. C'est la troisième fois que la France finit dernière de son groupe lors d'un 1er tour d'une Coupe du Monde. Comme en Afrique du Sud, les Bleus n'avaient récolté qu'un seul point en 3 matches en 1966 et 2002 (2 défaites, 1 nul). Aucun attaquant de l'équipe de France n'a trouvé les filets depuis le but d’Anelka contre la République d'Irlande, le 14 novembre 2009. Et la dernière passe décisive de Franck Ribéry avec cette équipe, avant aujourd'hui, remontait au 11 octobre 2008 (2-2 contre la Roumanie). A côté de ces contreperformances des attaquants français et de l’équipe globalement qui présageaient d’une mauvaise prestation, préparer un match d’honneur dans des conditions de crise interne était une mission impossible. Raymond Domenech l'avait admis, lundi soir, en conférence de presse. Le sélectionneur savait que l'épisode Anelka, suivi de la grève des joueurs dimanche, ne pouvait que laisser des traces. Cependant, il les espérait positives, avec une réaction d'orgueil à même d'accomplir un miracle. Mais les Bleus ont été battus par les Bafana Bafana (2-1). Malgré le fait que Raymond Domenech ait procédé à six changements dans l'équipe de France qui a affronté l'Afrique du Sud pour son dernier match du premier tour avec le capitaine, Patrice Evra qui a été écarté,  la révolution du onze de départ n'a eu aucun effet. L'équipe de France, organisée au départ en 4-2-3-1, a été dépassée, surclassée par une équipe sud-africaine joueuse. En 4-4-2, les enfants de Mandela se sont régalés face aux approximations tricolores. Les Bleus, sans surprise, quittent la compétition la tête basse, en laissant une image bien négative à tous les niveaux. Et c’est l’Afrique du Sud qui, malgré son élimination pour le second tour, a réussi à prendre les trois points pour l’honneur. Bravo et merci aux enfants de Mandela !

Guy Tressia

Repost 0
Published by tressia - dans Sports
commenter cet article
21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 19:26

CIV-Bresil1252518_thumb.jpg

 

Les cloches de l'élimination ont tonné. Sur six représentants, seul le Ghana, avec une victoire et un nul, a un pied en huitième de finale de la Coupe du monde qui se déroule, actuellement, au pays de Mandela. Il suffira d’un match nul face à l’Allemagne et le tour sera joué pour les Ghanéens. Le Cameroun et le Nigeria sont hors course pour les huitièmes de finale. Avec deux défaites pour deux matchs joués, leurs troisièmes et derniers matchs seront des rencontres où il faudra sauver l’honneur. L’Afrique du Sud, la Côte d’Ivoire et l’Algérie espèrent encore qu’un miracle se produise. Et c’est possible. Même une chance aussi maigre soit-elle peut tout chambouler. Les Bafana Bafana qui veulent sauver l’honneur en battant une équipe française qui n’a rien prouvé, après ses deux sorties et minée par une crise, espèrent une lourde défaite de l’Uruguay ou du Mexique pour se positionner en deuxièmes place pour les 8e. La Côte d’Ivoire quant à elle, est encore moins chanceuse que l’Afrique du Sud. Pour être qualifié, Didier Drogba et ses coéquipiers devront battre les Nord-Coréens par le score de 9 buts à zéro en espérant que le Portugal perde face au Brésil. Pour l’Algérie, c’est encore jouable. Une victoire sur les Américains propulserait les Fennecs en 8ème de finale. Car dans cette poule, les équipes se tiennent encore. La Slovénie n’a que 4 points devant les USA et l’Angleterre avec 2 points chacun. Avec les représentants africains, en dehors du Nigeria et du Cameroun, l'histoire peut encore s'écrire avec un grand "H". "Il reste encore un match, on se doit de le gagner et espérer un concours de circonstances. Rien n'est encore terminé", selon Guy Demel de la Côte d’Ivoire. Ce qui est valable pour les autres pays. C’est difficile mais pas impossible. Allez l’Afrique !

Guy Tressia

Repost 0
Published by tressia - dans Sports
commenter cet article
21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 15:24

Cote-d-Ivoire.jpg

Favoris face aux Ivoiriens, Drogba et les siens n’on pas vaincu le signe indien. Le simple nom du Brésil a été synonyme de victoire face aux pays africains. Trois buts à un, Touré Kolo et ses camarades de la défense n’on pu arrêter la furia brésilienne. Et l’adage qui dit qu’"un combattant qui va en guerre le moral bas est un vaincu en puissance" a été encore vérifié, hier, face à une équipe prenable du Brésil. La boutade "le Brésil ne m’effraie pas" d’Eriksson  été très vite rangée au calendres grec. Trois  buts à un n’est pas un score mérité par la Côte d’Ivoire, favorite des pays africains avec son conglomérat de stars du foot, à cette Coupe du Monde, face à un Brésil qui a peiné devant la Corée du Nord avant de marquer 2 buts. Les Ivoiriens sont indignés. Déjà que leurs supporters ont été trahis par "African village", le peu d’espoir mis en Drogba et en ses coéquipiers n’a été que du beurre au soleil, le piège d’Eriksson n’a pas fonctionné. Le dernier représentant de l’Afrique vient de compromettre les espoirs d’un continent. En dehors du Ghana qui a un pied au second tour, après son match nul (1-1) et leaders de son groupe avec 4 points, les autres pays africains se sont mis dans des calculs de probabilité incertains. Le premier but d'un pays africain contre le Brésil en Coupe du monde, signé Didier Drogba en fin de match (79e), a bien sauvé l'honneur de cette Côte d'Ivoire un peu surcotée. Insuffisant aussi pour empêcher la Côte d'Ivoire de prier pour que le Portugal ne batte pas la Corée du Nord lundi. Il a fallu la Côte d’Ivoire pour rompre avec presque neuf mois sans marquer! Luis Fabiano a mis fin dimanche à cette étonnante disette au bon moment pour le Brésil en marquant les deux premiers buts contre la Côte d'Ivoire (3-1), et propulsé la Seleçao en 8e de finale. En revanche, pour les Eléphants, les rêves de qualification ont pris du plomb dans l'aile. La Côte d'Ivoire n'a plus son destin en mains dans l'optique d'une qualification en huitièmes de finale. Les Ivoiriens doivent espérer d'un faux-pas du Portugal, demain face à la Corée du Nord, pour préserver leurs chances. Pour l’Afrique, c’est un bilan encore mitigé, après cette deuxième journée. Les Camerounais, après deux défaites n’ont plus la chance d’aller au second tour. Même si 4 Camerounais ont marqué dans plus d'une Coupe du Monde de la FIFA : Samuel Eto'o, avait déjà trouvé le chemin des filets face à l'Arabie saoudite en 2002, à l'occasion du match remporté 1:0 par les Lions indomptables. Les autres Camerounais concernés sont Roger Milla, François Omam-Biyik et Patrick Mboma. 101 matches joués par des équipes africaines en Coupe du monde de la FIFA. Ni le Ghana - tenu en échec 1:1 par l'Australie - ni le Cameroun, défait 1:2 par le Danemark, n'ont pu célébrer l'événement. La première rencontre disputée par une sélection du Continent-mère dans l'épreuve suprême remonte à l'édition 1934. À cette occasion, l'Égypte avait perdu 2:4 contre la Hongrie au premier tour. 33 joueurs africains, au total, ont marqué au moins trois buts en Coupe du Monde de la FIFA. Le Ghanéen Asamoah Gyan, sur penalty contre l'Australie, après sa réalisation au match précédent contre le Japon, rejoint le club fermé composé du Camerounais Roger Milla (5) et du Sénégalais Papa Bouba Diop (3). L’Afrique n’a pas réussi à soutenir Joseph Sepp Blatter, le président de la FIFA qui a cru en l’Afrique et qui lui a donné l’organisation de sa première coupe du monde. Il avait "rendu justice à un continent qui a vu naître tant de footballeurs talentueux". Malheureusement l’Afrique se cantonne encore dans le complexe d’infériorité. Malgré ses stars mondiaules n’a pas mérité la confiance du président de la Fifa. Nous avons les meilleures stars du foot, mais nous sommes derniers en foot.

Guy Tressia

Repost 0
Published by tressia - dans Sports
commenter cet article
18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 10:59

CIV

 

La deuxième journée de la Coupe du monde a démarré, en Afrique du Sud, depuis avant-hier. L’Afrique du Sud et le Nigéria qui avaient entamé cette compétition, avec confiance et espoir, sont tombés lourdement au cours de leurs deuxièmes sorties. Les Bafana Bafana n’ont pas su contenir la Celeste. Un malentendu de la défense sud-africaine laissait Suarez seul face à Khune qui fauchait l'attaquant. Carton rouge et penalty transformé par Forlan. A 11 contre 10, Alvaro Pereira en profitait pour aggraver le score et soigner la différence de buts de son équipe. La discipline, le mal africain était au rendez-vous. Du côté des Super Eagles, malgré le but des 35 mètres d’Uche, à la suite d’une frappe qui a trompé Tzrovas induit en erreur par Odemwingie, les représentants du Nigéria ont écourté la joie qui avait éclaté à Lagos. On se disait alors que les Super Eagles avaient définitivement pris leur envol. C'était mal connaître le manque récurrent de discipline propre aux sélections africaines. Une «petite» provocation de Torisidis, et Kaita sortait de ses gonds, faisant un geste du pied mal intentionné à défaut d'être violent. C’était ce qu’il ne fallait pas faire. En Coupe du Monde, la sanction, aussi sévère soit-elle, est connue: carton rouge pour le Nigérian qui évolue à 10 contre 11 comme l’Afrique du Sud, la veille. Du coup, deux secondes sorties des représentants africains à cette coupe du monde se sont soldées par trois buts à zéro pour le match des Bafana Bafana et deux buts à un pour Uruguay-Nigéria. Les quatre équipes restantes devraient s’inspirer des causes de ces défaites pour produire un football discipliné et efficace, pour sauver ce continent "qui a vu naître tant de footballeurs talentueux", selon les termes du président Joseph Blatter de la Fifa.

Guy Tressia

Repost 0
Published by tressia - dans Sports
commenter cet article