Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de tressia
  • Le blog de tressia
  • : Politique, economie, société, sports, humour, pensées, crise ivoiriennes
  • Contact

Recherche

Archives

10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 17:54

Gbagbo palabre

 

«La vérité finit toujours par rattraper le mensonge ». Cet adage va certainement s’appliquer à Laurent Gbagbo qui répétait à qui veut l’entendre qu'il n'avait qu'un seul compte logé dans une banque commerciale à la Riviera (Abidjan- Cocody).  Déjà, on découvre ses comptes à l’étranger.

 

Les Etats-Unis et les pays de l’Union Européenne avaient pris des sanctions ciblées contre certains membres de l’ex-régime, face au refus de l’ancien dictateur ivoirien de céder le pouvoir au Dr Alassane Ouattara, le choix du peuple exprimé dans les urnes, le 28 novembre 2010, à l’issue de l’élection présidentielle. L’UE a accru la pression sur Laurent Gbagbo et ses proches en Côte d’Ivoire en décidant de geler leurs avoirs en Europe, après des interdictions de visas du fait de la crise politique. Aujourd’hui, après l’arrestation le 11 avril dernier de Gbagbo, des langues se délient et font des révélations troublantes sur la fortune du couple Gbagbo dans des banques à travers des pays tels que la Suisse, la France, l’Inde, l’Afrique du Sud, le Liban, la Guinée-Bissau. On estime, au total, la fortune de l’ex-président à près de 3.500 milliards de FCFA.

Pour l’éclatement de la vérité sur les avoirs du "christ de Mama" et de ses proches à l’étranger, les autorités helvétiques ont annoncé, le jeudi 5 mai dernier, le gel de 70 millions de francs suisses appartenant à Laurent Gbagbo et son entourage. Le site www.tsr.ch  (suisse) a annoncé, le weekend dernier, qu’un Avocat genevois, Bruno de Preux, avait été mandaté par la Côte d’Ivoire pour retrouver la trace des fonds détournés.

Toujours selon ce site d’informations générales internationales, "Agissant en tandem avec un Avocat parisien – l’ancien bâtonnier Mario Stasi – maître de Preux a enquêté sur la vente, en mai 2010, sur ordre de Laurent Gbagbo, d’une luxueuse propriété de Vandoeuvres appartenant à l’Etat ivoirien.

Puis, il a aidé le nouveau pouvoir ivoirien à déposer à Berne (quatrième ville de Suisse), une plainte pénale pour blanchiment d’argent à l’encontre de dix personnes – dont les épouses Gbagbo – et cinq entités morales. Cette démarche a abouti à l’ouverture, le 18 avril dernier, d’une enquête par le ministère Public de la Confédération.

Le journal en ligne va plus loin pour dire que "les investigations menées autour de la villa de Vandoeuvres laissent apparaître une probable fraude au profit du clan Gbagbo. En mai 2010, alors que la campagne électorale démarrait en Côte d’Ivoire, les lieux avaient été cédés pour 15,3 millions de francs suisses à "La Capite 110 SA", une société immobilière créée 15 jours auparavant et présidée par un Libanais, négociant de café ivoirien".

Entre temps, en décembre 2010, le journal "La Croix" révélait l’existence d’une procuration datée de 2007 et signée par Laurent Gbagbo, donnant pouvoir à un Avocat franco-ivoirien pour vendre ce bien de l’Etat et de verser les fonds sur le compte «Présidence de la République» à la Société Générale à Paris.

Malheureusement, un détournement de fonds sera constaté. Cette somme n’a jamais été virée sur le compte de la Présidence comme annoncé. Le journal suisse dira que "Maîtres de Preux et Stasi ont pu établir que l’argent n’avait pas atterri sur ce compte, mais sur celui d’un notaire à Paris. Ce dernier dont les Avocats souhaitent taire le nom, a expliqué que la moitié du produit de la vente, soit 7 millions de francs avait été utilisée pour des travaux de réfection à l’Ambassade de Côte d’Ivoire à Paris, et que le reste était à disposition. Une explication qui ne satisfait pas tout à fait Bruno de Preux qui dit poursuivre les investigations", révèle www.tsr.ch.

 

UNE PLAINTE PENALE

Une plainte pénale a été portée contre Laurent Gbagbo et ses pilleurs de la Côte d’Ivoire pour blanchiment d’argent, signée par Me Jeannot Ahoussou-Kouadio, ministre de la Justice et Charles Diby Koffi, ministre de l’Economie. Elle a été déposée à Berne le 18 mars alors qu’à Abidjan, la guerre de libération de la Côte d’Ivoire des griffes du dictateur faisait encore rage. Cette plainte passe en revue la manière dont les proches de Laurent Gbagbo se sont indûment enrichis depuis 2000, date de leur accession au pouvoir d’Etat.

Outre l’ancien Président et son épouse Simone, sont mentionnés d’anciens ministres, magistrats, fonctionnaires qui ont fait fortune de manière fulgurante, comme cet ancien enseignant payé au départ à 800 euros par mois, devenu ministre et haut responsable du Front populaire ivoirien (FPI) en 2001, et qui a pu s’offrir de luxueuses propriétés à Abidjan et à Paris.

Un ancien chômeur nommé directeur général du Port d’Abidjan (Marcel Gossio), aurait acquis  un hôtel particulier à Paris, à l’Avenue Victor Hugo. En Côte d’Ivoire, une enquête pour corruption et gestion déloyale a déjà été ouverte contre toutes ces personnes.

DES AVOIRS DE 393 MILLIONS DE FRANCS SUISSES

Toujours selon le journal suisse, dans la plainte de l’Etat de Côte d’Ivoire, "les autorités ivoiriennes rappellent qu’en Suisse, en vertu d’un arrêt du Tribunal fédéral, le détournement systématique des ressources d’un Etat par un haut responsable et son entourage constitue une participation à une organisation criminelle".

La Suisse devra faire la lumière sur les 70 millions bloqués et annoncés le jeudi dernier, pour savoir combien appartiennent au cercle étroit de Laurent Gbagbo ? Cependant, sollicité, le Ministère public de la confédération est resté muet.

Toutefois, selon la BNS (Banque nationale suisse), les avoirs ivoiriens s’élevaient, en début 2011, à 393 millions de francs suisses. Le 19 janvier 2011, le Conseil fédéral avait édicté une ordonnance de blocage à titre préventif et établi une liste de 85 personnes– dont les dix personnes citées dans la plainte – et 11 entités morales. La vérité va se savoir. Car le Tribunal de Première Instance d’Abidjan-Plateau vient de geler les avoir de 148 proches de M. Laurent Gbagbo, à la suite de l’Union Européenne qui a renouvelé les mesures restrictives aux fins de gel des avoirs desdites personnes.

 

GUY TRESSIA

 

Partager cet article

Repost 0
Published by tressia - dans Politique
commenter cet article

commentaires