Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de tressia
  • Le blog de tressia
  • : Politique, economie, société, sports, humour, pensées, crise ivoiriennes
  • Contact

Recherche

Archives

28 décembre 2010 2 28 /12 /décembre /2010 11:31

 

Charles-ble-goude-a-gauche-avec-le-president-copie-1.jpg

L’actualité récente et les futures manifestations patriotiques projetées par Blé Goudé le 29 décembre 2010 meubleront certainement l’histoire politique de notre pays. A l’orée de cet énième tournant décisif de notre engagement dans la défense de la mère patrie, nous tenons à rappeler à nos camarades « jeunes patriotes » comment nous avons toujours été et continuons d’être sacrifiés pour l’avidité et l’ambition politique de notre prétendu « général », le sieur Blé Goudé. La relecture de notre histoire commune de « jeunes patriotes » recommande à chacune et chacun d’entre nous d’avoir désormais un positionnement plus critique et raisonné vis-à-vis des mots d’ordre de Blé Goudé. Quelle que soit la motivation qui animerait encore certains d’entre nous, il convient de reconnaître que notre combat patriotique a été, dès l’origine, détourné pour satisfaire exclusivement le besoin d’enrichissement illicite du clan de Blé Goudé.

 

« Général » Blé Goudé : De l’origine d’une imposture

Mon cher Blé, l’opinion nationale et internationale se plaît à te désigner invariablement le général, le patron ou simplement le chef de file/leader de la jeunesse patriotique ivoirienne. Ce qui intrigue dans cette usurpation de titre, c’est que tu n’as jamais osé faire preuve d’humilité en reconnaissant que des leaders comme Eugène Djué, Touré Zeguen, Fofana Youssouf… t’ont précédé dans ce combat et sont d’ailleurs plus rompus à l’action. Bien au contraire, tu t’égosilles toi-même et sans honte à réclamer ce statut avec la complicité de la presse nationale et internationale. Tu pousses le ridicule jusqu’à te confectionner ces habits de leader dans tes discours quotidiens et parfois tes écrits. A preuve, tu écris les paragraphes ci-après dans ton ouvrage ‘’Crise ivoirienne. Ma part de vérité’’ : « Ce sont les actions que vous menez qui font de vous un leader. (…) Si mes camarades m’appellent « général », s’ils m’ont placé, par la force des choses, au devant de la scène, je n’ai fait que répondre à l’appel que le pays lançait à ses fils et filles (…) Pouvoir chaque fois que cela est nécessaire, mobiliser des centaines de milliers de personnes n’est pas le fruit du hasard »

Mon cher Blé, quelles actions aurais-tu mené au point de mériter une telle appellation ? Pour ceux qui ignorent l’historique de ton arrivée opportuniste dans le mouvement patriotique en 2002, je voudrais faire le bref rappel qui suit. Tu as débarqué de ton séjour européen à la faveur de l’éclatement de la rébellion armée de septembre 2002. Ce que tu ne dis jamais, c’est qu’avant ton arrivée à Abidjan, des leaders de jeunes (Konaté Navigué, Eugène Djué, Dibopieu Jean Yves, Touré Moussa Zeguen, Charles Groguhé…) avaient déjà sonné la mobilisation patriotique : nous avions déjà fait plusieurs meetings de mobilisation aussi bien dans l’espace « Bloc célibataire de Yopougon » qu’à la place Inch’Allah de Koumassi … C’est dans cette ferveur que tu as pris le train du mouvement avec des visées autres que celles des pionniers ci-haut cités.

Blé, tu as débarqué de Manchester où le manque d’opportunité pour tricher aux examens t’avait déjà enlevé tout espoir de réussir par l’école. Aussi, la guerre faite à notre pays apparaît-elle pour toi comme une opportunité pour faire la politique, unique voie de succès qui te restait. Dès ton arrivée, ta stratégie a été de rassembler quelques douze (12) petits leaders qui ont pour dénominateur commun d’être infiniment malléables parce que sans charisme. Ce sont entre autres, Dakoury Richard, Thierry Legré, Ahoua Stalonne … Avec ces ‘’petits’’, tu t’es retranché dans une chambre à la cité rouge pour constituer l’Alliance des jeunes patriotes pour le sursaut national. Tu as ainsi délibérément décidé d’ignorer les autres leaders comme Eugène Djué et Touré Moussa Zeguen pour des raisons que nous ignorions en 2002. Aujourd’hui, nous nous rendons compte que tes choix participaient d’un tri stratégique qui obéissait lui-même à trois logiques. Primo, il s’agissait pour toi de ne t’allier qu’avec des leaders qui n’ont aucun leadership face à toi. Secundo, tu pourrais ainsi régner en maître absolu sur les retombées de notre lutte commune. Pour te donner une chance de réussite dans ton patriotisme motivé, tu as introduit un troisième critère dans le choix de tes collaborateurs à savoir celui du régionalisme et de l’ethnicité. Dans tous les cas, même les plus naïfs d’entre nous ‘’jeunes patriotes’’ constatent aujourd’hui que vous (membres de l’Alliance les privilégiés de la galaxie patriotique) êtes tous originaires de l’Ouest et du centre ouest. Pour être plus claire, vous êtes tous membres de la famille linguistique Krou et appartenez majoritairement à l’ethnie Bété comme le président Gbagbo.

Pour n’avoir pas compris que tu monnayais notre patriotisme avec le soutien d’un cercle de cadres Bété réunis au palais présidentiel, nous avons été naïvement surpris de te voir avec tes copains rouler dans des véhicules de luxe, détenir des villas, des stations et des maisons de communication. C’est devenu un secret de polichinelle que tu as bâti ta fortune sur la tricherie, l’opportunisme, l’exploitation de la veine ethnique, la manipulation des consciences, le dénigrement de tes concurrents et l’imposture.

 

Les petits pas d’un pseudo leader né tricheur

Mon général Goudé, je désespère pour l’avenir de la Côte d’Ivoire chaque fois que tu apparais sur les écrans de notre télévision nationale et que tu te crois obligé de te poser en modèle pour la jeunesse. Blé, je sais que l’honnêteté est un exercice fastidieux pour toi mais je t’invite à t’y exercer parfois. Charles, tu as construit ta jeunesse sur le faux et tu ne peux qu’être un imposteur dans l’âme. Je ne reviendrai pas sur l’histoire de ton diplôme de licence volé à l’Université de Cocody de peur d’édulcorer ce que d’autres ont déjà si bien écrit.

Mon cher Zouzou, les Ivoiriens doivent savoir que toute ton histoire dans notre mouvement a été construite sur l’usage du faux, la tricherie et l’opportunisme. En voici quelques preuves. En 2004, tu t’étais désolidarisé de notre action lorsque nous préparions l’opération ‘’Dignité’’ pour libérer les zones assiégées. Tu as boycotté toutes les réunions prévues à cet effet. Pis, tu dormais tranquillement dans un hôtel 5 étoiles à San Pédro pendant que nous nous dressions contre les balles assassines de l’armée française à Abidjan. Mais lorsque tu as eu échos d’un probable succès éclatant de notre action, tu es rentré précipitamment à Abidjan puis tu es allé vociférer à la télévision pour que les patriotes prennent les rues. En âme et conscience, tu savais pourtant que nous les patriotes étions déjà dans les rues ! Ce qui s’est passé ce jour traduit éloquemment ton arrogance et ton opportunisme. En effet, avant que ton arrivée de San Pédro, Eugène Djué s’était déjà rendu à la télévision aux environs de 16 heures pour lancer l’appel à descendre dans les rues. Ce message enregistré a été tout simplement censuré par tes frères Bété à la télévision nationale. Pourquoi ? On ne sait. Sans conteste, parce qu’un succès de cette manifestation sans ta présence serait la preuve que tu n’es pas l’Alpha et l’Omega du mouvement comme tu le prétends. Pour ta gloire et ton orgueil personnel, tu as ainsi fait assassiner des centaines de jeunes sur les ponts : si l’appel lancé à 16 heures par Eugène Djué n’avait pas été censuré sur tes ordres, nous aurions économisé des vies en évitant les erreurs que ton discours en pleine nuit (20 heures) a fait commettre à certains d’entre nous. Après cette manifestation, tu as enjambé les corps des jeunes pour te rendre au palais en vue de recevoir les ristournes d’avoir « sauvé la République ». Tu es devenu le héros national, le sauveur de la patrie attaquée et que sais-je encore.

Les manifestations contre le groupe de travail international (GTI) les 16, 17, 18 et 19 janvier 2006 : tu avais également intimé l’ordre à tous tes suiveurs de ne jamais participer à une activité préparant ces évènements. Mais dès que tu as encore senti le succès de la mobilisation, tu as pointé le nez. Une fois encore, au lieu d’aller au front (le combat se passait devant l’hôtel Sebroco et le 43ème BIMA), tu as trouvé le malin plaisir de te déporter à la RTI pour te planter devant les cameras. Excédée par cette arrogance et cette énième tentative de récupération, la FESCI t’a chassé de la RTI et tu as finalement loti ton quartier général devant l’Ambassade de France. Pour l’occasion, tu t’es muni d’un matelas pour sortir de l’ordinaire et davantage attiré la curiosité des médias internationaux. Une fois de plus, ton image a circulé dans le monde et tu as tiré ton plaisir d’avoir été montré comme le meneur de cette manifestation.

Nous pourrions multiplier les exemples qui montrent que tu n’es ni un héros national ni un sauveur. Tu n’es qu’un fieffé menteur et tricheur. Quel serait ce combattant qui n’est jamais au front !

Blé, rappelles-toi ces phrases dans cet ouvrage qu’un ami a dû écrire intégralement pour toi : Notre objectif, en organisant les « jeunes patriotes » n’était pas d’être proche d’individus, quels qu’ils soient, ou de gagner de l’argent, mais simplement de défendre notre pays ». Le manque de considération pour autrui et l’imposture qui te caractérisent transparaissent dans cette phrase chargée de mensonges inacceptables. Tu as certes contribué à l’organisation de notre mouvement mais tu ne peux en aucun cas te targuer d’en être le principal bâtisseur. Les vrais pionniers de ce mouvement sont vivants et bien connus de tous. Ils ont pour noms Charles Groguhé (paix à son âme), Touré Moussa Zeguen, Eugène Djué, Fofana Youssouf, Dibopieu Jean Yves… En intégrant ce mouvement, tu avais bel et bien des objectifs prébendiers et voilà comment tu as organisé ton entreprise patriotique.

 

Techniques d’enrichissement d’un petit tribaliste et cupide

Gbapê, peux-tu expliquer aux Ivoiriens comment tu es devenu milliardaire déjà en 2003 alors qu’un an auparavant, tu n’avais même pas le prix du billet d’avion pour retourner à Abidjan? Pour t’avoir côtoyé depuis 2002, nous nous portons volontiers pour t’assister dans la déclaration de tes biens (le premier Aké N’Gbo l’exige d’ailleurs) et surtout leurs sources. Les sources de ta suspecte fortune peuvent être catégorisées comme suit :

 

(i) La personnalisation ou l’appropriation des retombées du combat patriotique,

Mon cher ministre, nos différentes manifestations généraient des sommes colossales : pour organiser le rassemblement historique d’octobre 2002, le palais présidentiel a décaissé cent millions de FCFA (nous précisons bien 100 000 000 FCFA). Cette somme était destinée à tous les mouvements reconnus et leurs démembrements. Mais qu’as-tu fais avec cette somme tirée du contribuable ivoirien ! Tu es simplement passé dans les quartiers comme tous les autres leaders d’ailleurs pour galvaniser des jeunes déjà mobilisés à rallier la place de la République. Dans ces temps d’effervescence patriotique, la jeunesse n’a même pas exigé d’être transporter pour se rendre au lieu du meeting. Si tu fais l’effort d’être honnête pendant quelques secondes, tu reconnaîtras aisément que l’organisation de cette manifestation n’a finalement pas excédé dix millions. Mais qu’as-tu fait avec le reliquat estimé à 90 millions ? En tout cas, ni Touré Zeguen, ni Charles Groguhé, ni Eugène Djué, ni FOFANA Youssouf encore moins nous autres n’avons reçu un seul centime de cette somme. Et pourtant tu clames ne pas rechercher de l’argent avec ce mouvement !

Ce que les Ivoiriens doivent comprendre, c’est que l’État a trop dépensé pour les manifestations patriotiques depuis 2002. Chacune de tes sorties publiques était financée à au moins 50 millions. C’est le cas des caravanes de la paix que tu as organisées à Abidjan, San Pédro etc. Pour réussir à installer une espèce d’entreprise à soutirer l’argent au palais présidentiel, Blé s’est employé à créer un réseau mafieux constitué de cadres Bété (Allou Eugène, Kouyo Téa Narcisse …). Dans son jeu favori de dénigrement des autres, Gbapê a fait disqualifier tous ses rivaux en présentant notamment Eugène Djué, Touré Zeguene, Wachard … comme des « hommes peu sûrs » pour la simple raison que ceux-là ne sont pas des Bété comme lui. Cette bétéïsation de notre lutte lui a ouvert la voie de l’enrichissement parce qu’il est devenu le seul interlocuteur du palais. Pendant toutes ces années, les ressources englouties pour maintenir en éveil le combat patriotique seront attribuées au seul ‘’général’’, attitude que Djué Eugène a maintes fois dénoncé d’ailleurs. Outre cette patrimonialisation de l’État, Blé Goudé a organisé le racket systématique des DG de société

 

(i) Le racket des DG de société comme mode d’enrichissement

Gbapê, après avoir usurpé le titre de « leader des jeunes patriotes », tu as acquis un capital de sympathie tel que les DG de société et autres personnalités influentes te vouaient admiration et respect. A travers tes visites régulières au domicile du chef de l’État, tu as construit le sentiment chez certains hommes d’affaires et responsables de sociétés d’État que tu pouvais les dégommer comme les maintenir à leurs postes. Aussi, es-tu quasiment devenu un passage obligé pour atteindre le président de la République. A plusieurs reprises, nous avons été témoins de tractations entre toi et des investisseurs européens ou africains et même des personnalités locales cherchant à avoir un rendez-vous avec le Président Gbagbo. Par ces arbitrages, tu récoltais des dizaines de millions.

Pour ne pas perdre de vue l’objet central de nos écrits et dans l’espoir de revenir sur le sujet ci-dessus, nous abordons la question de l’appel que tu as lancé à manifester le 29 décembre 2010.

 

A propos des manifestations que tu projettes le 29 décembre

Mon cher Zouzou, tu comprends au regard des développements ci-dessus que tu n’es plus crédible à lancer des appels à manifestations. Pour le 29 prochain, tu parles de ‘’RESPECT DE LA DIGNITE DE L’AFRIQUE’’ ! De quelle Afrique s’agit-il ? Sois honnête pour nous dire que tu as promis au président Gbagbo de le récompenser pour t’avoir nommé ministre. Si c’est l’engagement que tu as vraiment pris, prépare-toi à être dégommé parce que nous ne sortirons point. Si tu ne le sais pas, nous avons décidé de boycotter désormais tout mot d’ordre venant de toi. Comme tu as réussi à convaincre Gbagbo que tu es le seul leader qui compte dans les cercles patriotiques, on verra qui est suffisamment bête pour servir encore de chaire à canon pour ta gloire personnelle et tes fantasmes. Qu’as-tu fait des morts et des blessés de novembre 2004 ? Tu peux encore manipuler des patriotes désabusés par le chômage et la misère à aller se faire massacrer comme des lapins. Mais la grande majorité d’entre nous a décidé de circonscrire nos actions et surtout de ne plus jamais nous offrir en sacrifice pour que tu prospères sur notre sang. Lorsque les leaders que nous considérons désormais comme légitimes lanceront des mots d’ordre, nous aviserons. Depuis 2000, nous avons bombé les poitrines et chacun d’entre nous connaît son bilan personnel. Tu ne peux pas rouler carrosse et continuer de faire croire qu’il n’y a rien dans la lutte. Qu’as-tu fait de spécial pour être remercié avec un poste ministère alors que nous autres continuons de squatter les maisons de nos oncles et cousins à l’âge d’environ 40 ans ? Dix ans de sacrifice, ça suffit ! Tout comme toi, nous voulons aussi nous marier, construire des maisons et avoir des voitures. Ce n’est pas avec ces sachets d’eau que tu distribues aux manifestants que nous pourrons réaliser nos rêves. Rendez-vous le 29, tu verras comment les mentalités ont évolué

Amicalement à toi,

Un groupe de jeunes patriotes à Yopougon

Source : http://www.connectionivoirienne.net/?p=47470

Ecrit par La Rédaction · décembre 28, 2010 @ 10:31

Partager cet article

Repost 0
Published by tressia - dans Politique
commenter cet article

commentaires