Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de tressia
  • Le blog de tressia
  • : Politique, economie, société, sports, humour, pensées, crise ivoiriennes
  • Contact

Recherche

Archives

27 juin 2010 7 27 /06 /juin /2010 19:54

eriksson416

L’aventure est terminée. Les Eléphants, favoris parmi les favoris, n’ont pu se qualifier pour les huitièmes de finale. Comment les Ivoiriens doivent-ils prendre ce résultat ? Déception ou espoir ? Une chose est sûre, l’équipe ivoirienne n’a pas déçu. Elle a montré qu’elle a fait beaucoup de progrès.

Après le limogeage de Vahid Halilhodzic, nombreux sont les Ivoiriens qui avaient prédit une catastrophe pour leurs représentants à cette Coupe du monde africaine jouée au pays de Mandela. Ils exprimaient ainsi, et à juste titre, leurs inquiétudes quant au vide qui s’est installé après le départ de Vahid et le recrutement de Sven-Göran Eriksson. Le 28 mars dernier, au soulagement s’est mêlé encore des inquiétudes, à l’annonce du nouvel entraîneur des pachydermes ivoiriens. Même après l’annonce de l’objectif assigné au Suédois. «Conduire notre équipe lors du Mondial 2010 en Afrique du Sud et faire en sorte qu'elle y ait une participation honorable, dans une compétition réservée aux 32 meilleures nations de football au monde. Ce qui à l'évidence, sera difficile», stipulait le communiqué de la FIF, relatif à l'engagement du Suédois. Des inquiétudes ont surgi, surtout que plus d’un mois après sa nomination, Eriksson était toujours en Europe. Il n’avait pas toujours été présenté au public de Côte d’Ivoire. Cependant, les craintes se sont peu à peu diluées lorsque les Ivoiriens ont appris que le Suédois avait déjà commencé à travailler, depuis l’Europe. Mais des problèmes demeurent. L’indiscipline, le manque de cohésion et de solidarité, qui sont les plaies des nouveaux poulains d’Eriksson, ont été évoqués par les amoureux du football et des Eléphants. Alors, on est venu à se demander si le Suédois réussira à guérir ces plaies qui ont rebuté ses prédécesseurs Robert Nouzaret, Henri Michel, Ulrich Stielike, Gérard Gili, Vahid Halilhodzic, qui ont connu des fortunes diverses. Eriksson pourra-t-il apporter ce petit plus qui permettrait aux Eléphants de se surpasser et de donner à la Côte d'Ivoire «la participation honorable» attendue par tous ? Sans se prononcer, le Suédois s’est mis au travail à moins de deux mois de l’ouverture de la compétition. Résultats : trois rencontres, une victoire, un nul et une défaite. Mais surtout, une évolution nette dans la prestation des Eléphants. Pour la première fois de l’histoire footballistique de la Côte d’Ivoire, les Eléphants perdent et les Ivoiriens sont contents de leur équipe, de l’entraineur et des dirigeants. Car les joueurs ont mouillé le maillot. La discipline, la cohésion et le "fighting spirit" affichés par les représentants ivoiriens ont été à la base de ce résultat honorable. Et, Touré Kolo Habib avait donné, avant les rencontres, le nouvel esprit des Eléphants : "Eriksson a changé la mentalité de l’équipe et de chaque gars. Il nous pousse à jouer en équipe et pas chacun pour soi. On a toujours eu des bons joueurs, mais sans jamais être capable d’évoluer en bloc uni, de défendre et d’attaquer ensemble. C’est ce à quoi on travaille…la Côte d’Ivoire c’est, aujourd’hui, 23 joueurs. C’est le collectif qui fera la différence (…) On en a pris conscience. Chacun doit se battre pour son coéquipier et tous ensemble pour le pays", avait-il confié à fifa.com. Aruna Dindane dira, quant à lui : "Nous jouerons sans pression…". Alors le Suédois pouvait rassurer en disant : "J’y crois…". Oui, on y a tous cru et les Eléphants n’ont pas déçu. L’entraîneur a atteint son objectif : "participation honorable". L’œuvre du Suédois Sven-Göran Eriksson a honoré toute la Côte d’Ivoire parmi les 32 meilleures équipes nationales du monde. Et tous s’accordent pour que son œuvre se poursuive. Car, selon certains experts, si Eriksson tient cette équipe jusqu’à la prochaine Coupe d’Afrique des Nations (CAN 2012), Didier Drogba et ses camarades seront "un foudre de guerre". A la Côte d’Ivoire de déterminer les objectifs. En tout cas, bravo et merci à Sven-Göran !!!

Guy Tressia

Partager cet article

Repost 0
Published by tressia - dans Sports
commenter cet article

commentaires