Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de tressia
  • Le blog de tressia
  • : Politique, economie, société, sports, humour, pensées, crise ivoiriennes
  • Contact

Recherche

Archives

31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 18:28

Chefs-d-Etat-UA.jpg

 

Le Conseil de sécurité et de paix de l’Union Africain a décidé, le weekend dernier que les Ivoiriens devraient souffrir encore pendant un long mois. Une prorogation de trop pour les Ivoiriens qui n’attendent que les lois de la démocratie soient appliquées dans leur pays. C'est-à-dire la loi de la majorité sur la minorité. Doit-on, au nom d’une certaine authenticité africaine, faire souffrir tout un peuple qui aspire à changer ses dirigeants ? Tout le monde est unanime que Ouattara a gagné l’élection présidentielle du 28 novembre 2010. A la lecture du communiqué final du Conseil de Sécurité et de paix de l’UA qui suit, on a tout l’impression que les Chefs d’Etat africains décident mais ne veulent pas appliquer les décisions. "Le Conseil de Sécurité et de paix (…) réaffirme ses décisions antérieures sur la situation en Côte d’Ivoire, en particulier le communiqué de presse publié à l’issue de sa 251ème réunion tenue le 4 décembre 2010 et le communiqué de sa 252ème réunion tenue le 9 décembre 2010, ainsi que les communiqués de la Conférence des chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO des 7 et 24 décembre 2010, respectivement, reconnaissant M. Alassane Dramane Ouattara comme Président élu à l’issue du scrutin présidentiel du 28 novembre 2010, sur la base des résultats certifiés par le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies, conformément à la résolution 1765 du 16 juillet 2007 et aux différents Accords signés par les parties ivoiriennes et entérinés par la CEDEAO, l’UA et les Nations unies (…)". Beau discours ! Ces décisions antérieures demandaient à Laurent Gbagbo de libérer le pouvoir en faveur du président élu démocratiquement par le peuple ivoirien, le Dr Alassane Ouattara. Et elles ont été prises dès la certification des résultats par l’ONU, depuis le vendredi 2 décembre 2010. Deux mois après, et en dépit de l’envoi d’éléments de l’Ecomog stationnés à Bouaké, qui devrait exfiltrer Laurent Gbagbo et libérer le peuple tout entier d’un dictateur, l’on reste encore à négocier avec une personne qui refuse d’entendre raison. A quand l’intervention de l’Ecomog ?

Cette tergiversation de l’Union africaine pourrait conduire la Côte d’Ivoire dans un chaos d’où elle ne sortirait peut-être jamais, au grand plaisir de Laurent Gbagbo et de ses partisans. L’UA veut-elle une guerre civile ou une réouverture des fronts de combats ? Les Forces Nouvelles qui, depuis toutes ces négociations, ont respecté cette communauté africaine, pourraient perdre patience. Et le peuple ivoirien avec elles. Laurent Gbagbo qui reste dans sa logique de "le pouvoir s’arrache", ne voudra jamais libérer le Palais que sous la contrainte des armes ou d’un soulèvement populaire. Ces deux options qui seraient à coup sûr la décimation du peuple ivoirien. Pis, il a ajouté à cette triste phrase que "la mort vaut mieux que la honte". Toute chose qui exprime clairement le désir de Laurent Gbagbo de quitter le pouvoir par la force et dans le sang.

C’est pourquoi, de nombreux Ivoiriens commencent à désespérer de la Communauté africaine et à croire en l’échec de la CEDEAO et de l’Union Africaine dans la résolution de la crise post-électorale qu’ils vivent depuis deux mois. On avait promis la résolution de cette crise avant la fin de l’année dernière (2010). Puis on est arrivé à la fin du mois de janvier 2011. Passés ces différents délais, l’espoir d’une résolution pacifique de la crise s’estompe peu à peu.

Un autre mois (février) vient encore de s’ajouter aux supplices des Ivoiriens dans l’attente de la sortie définitive de crise. Alors, si on s’en tient aux déclarations de certains chefs d’Etat africains qui disent que "la crise ivoirienne doit être réglée par les Ivoiriens eux-mêmes", on en déduit que les rencontres de la CEDEAO et de l’UA ne sont que des mises en scène pour faire durer la souffrance des Ivoiriens. Ou du moins, ces chefs d’Etat en prévision d’une action similaire dans leur pays, protègent-ils leurs arrières en soutenant Gbagbo dans les couloirs des rencontres et en faisant des déclarations hypocrites? Si telle est le cas, les Africains épris de paix et de démocratie devraient se tourner vers d’autres cieux que la CEDEAO et l’UA. Car les dirigeants actuels de l’Afrique ne veulent pas de la démocratie. Parce que forcer Gbagbo à quitter le pouvoir serait un cas d’école pour l’avènement de la démocratie, la vraie. Et non une démocratie biaisée par des constitutions sur mesure. Est-ce par hasard qu’un débateur, sur RFI le weekend dernier, ait souhaité que les Ivoiriens empruntent le chemin tunisien pour chasser Gbagbo du Palais ? Là, ce débateur semble ignorer la réalité ivoirienne. En Côte d’Ivoire, le peuple aurait déjà résolu le problème si Gbagbo ne pré-positionnait pas ses miliciens dans tous les quartiers à l’annonce de manifestations populaires. Les mouvements de regroupement du peuple sont aussitôt réprimés sans avoir commencé. L’exemple d’Abobo, où les miliciens de Gbagbo ont commencé à tuer des manifestants dès 5H30 du matin, est très édifiant. L’Armée ivoirienne n’aurait jamais tué aussi facilement des civils qu’elle est censé protéger. "Que Gbagbo laisse le peuple manifester sans donner l’ordre à ses miliciens de tirer à vue et on verra qui est majoritaire dans ce pays", avait rappelé, en substance le Premier ministre Guillaume Soro qui condamnait ainsi les tueries d’Abobo. Et l’UA devrait en tenir compte, si elle veut réellement résoudre le problème ivoirien. A moins que son intérêt soit le soutien de la dictature en lieu et la volonté du peuple, de la démocratie.

Guy TRESSIA

Partager cet article

Repost 0
Published by tressia - dans Crise ivoirienne
commenter cet article

commentaires