Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de tressia
  • Le blog de tressia
  • : Politique, economie, société, sports, humour, pensées, crise ivoiriennes
  • Contact

Recherche

Archives

26 mars 2014 3 26 /03 /mars /2014 16:12

ASSALE TIEMOKO 205L’ancienne vedette de la galaxie patriotique, Charles Blé Goudé va donc, à moins d’un miracle, se retrouver dans les heures ou jours à venir, aux côtés de son leader, l’intrépide Laurent Gbagbo.

Acculé par la Cpi depuis octobre 2013, le gouvernement ivoirien, à la surprise générale, vient d’accéder à la demande de cette institution judiciaire internationale. Après que le temps de réflexion qu’il a sollicité avant de se prononcer  a été rejeté.

Quelles sont les raisons profondes qui ont motivé  la décision du Gouvernement ?

A en croire le Ministre de la Justice, Gnénéma Coulibaly-l’homme qui a déclaré que le transfèrement de Laurent Gbagbo était la condition pour accélérer le processus de réconciliation en Côte d’Ivoire-Blé Goudé est l’acteur principal de l’introduction de la violence dans les universités ivoiriennes bien avant la crise post-électorale et c’est lui qui a appelé ses soldats à prendre pour cibles les véhicules de l’Onu en Côte d’Ivoire… C’est tout ?

Au regard de tous ces faits, la Côte d’Ivoire, selon le Ministre, n’avait d’autre choix que de le livrer à la Cpi. Mais pourquoi livrer Blé Goudé et refuser de livrer Simone Gbagbo ?

Réponse du ministre, cité par Rfi, « la justice se fait au cas par cas» et, aurait-il ajouté, le gouvernement ne veut pas livrer Simone Gbagbo parce que cela poserait un problème « d’image » pour la Côte d’Ivoire.

Si on s’en tient aux explications du Ministre, Blé Goudé devrait maudire le ciel de n’être pas aujourd’hui une femme. Puisque manifestement, les dirigeants ivoiriens ont peur d’être les premiers dirigeants au monde en général et en Afrique en particulier, à avoir transféré une femme à la CPI. Simone Gbagbo devrait donc bénir « l’éternel des armées », pour utiliser une expression chère à la galaxie patriotique.

Ce nouvel argument, déjà révélé par « L’Eléphant Déchaîné », est assez surprenant. Parce que le seul argument servi par le Gouvernement ivoirien à tous ceux qui s’interrogeaient sur son refus de transférer Simone Gbagbo a toujours été que la justice ivoirienne est en mesure à présent, de juger toutes les formes d’infractions commises pendant la crise post-électorale.

Et voilà qu’à présent, pour justifier le transfèrement de Blé Goudé, l’on parle de « cas par cas ».

Du côté du Fpi, parti dont Blé Goudé est proche, Affi N’Guessan, son président, a déclaré au cours d’une conférence de presse tenue hier avec pour sujet central le recensement général de la population qu’il a appelé les Ivoiriens à boycotter, qu’il n’était pas officiellement informé de la décision de transfèrement de Blé Goudé.

«Nous ne pouvons pas commenter la décision. Vous savez que c’est un dossier suffisamment sensible pour ne pas commenter à chaud et de façon inappropriée. Ce que nous pouvons dire, c’est que ce ne sont pas des actes qui participent de la réconciliation nationale mais, nous attendons d’abord de voir. Parce que ce sont pas des actes de décrispation, c’est pas des actes qui montrent que le pays avance sur la voie de la normalisation, de la sortie d’une forme de conflictualité. Nous attendons d’avoir tous les éléments avant de nous prononcer au niveau de la direction du Fpi». 

Ça tombe bien ! Quelques minutes plus tôt, avant que la question sur le transfèrement de Blé Goudé ne lui soit posée, Affi N’guessan avait officiellement décrété l’échec du processus de réconciliation nationale. Il ne croyait vraiment pas si bien dire…

A.T.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by tressia - dans Politique
commenter cet article

commentaires