Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de tressia
  • Le blog de tressia
  • : Politique, economie, société, sports, humour, pensées, crise ivoiriennes
  • Contact

Recherche

Archives

28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 07:18

ASSALE-USA.jpgLe Ministre de la Justice, Gnénéma Coulibaly, a trouvé encore le moyen, à la faveur de la décision de transfèrement de Blé Goudé, de rentrer encore dans l’histoire de la Côte d’Ivoire à travers une énième déclaration.

Décidément, à propos de la Cpi, selon les circonstances, l’homme qui a déclaré que le transfèrement de Laurent Gbagbo à La Haye était la condition unique pour accélérer le processus de réconciliation en Côte d’Ivoire, a une explication qui évolue étrangement.

En septembre dernier, pour justifier le refus-après plusieurs mois de fuite en avant-de livrer Simone Gbagbo à la Cpi, Gnénéma Coulibaly a fait appel à sa parfaite  connaissance du droit international pénal :

«La CPI a une compétence de subsidiarité. Ça veut dire qu’en tout temps, le pays dans lequel les faits sont commis, demeure en priorité celui qui doit pouvoir juger les auteurs des faits incriminés. C’est ce qui explique qu’aujourd’hui, au moment où nos juridictions sont opérationnelles, la Côte d’Ivoire décide de juger Simone Gbagbo (…) On aurait pu juger l’ex-président ici en Côte d’Ivoire si les circonstances étaient les mêmes. Souvenez-vous que lors du transfèrement de Laurent Gbagbo à la Cour pénale internationale, en novembre 2011, la Côte d’Ivoire sortait à peine d’une longue crise armée. Nous n’avions pas nos infrastructures judiciaires en état. Les maisons d’arrêt avaient été détruites. Les prisons et les tribunaux n’étaient pas fonctionnels et même certains magistrats n’étaient pas à leur poste. A cette période-là, il était manifestement difficile de pouvoir procéder au jugement de Laurent Gbagbo (…) au moment où nos juridictions sont opérationnelles, la Côte d’Ivoire décide de juger Simone Gbagbo… »

Bravo ! Gbagbo n’a donc été transféré que parce que les juridictions nationales, à l’époque, n’étaient pas en mesure de le juger sur le sol ivoirien. Quelle chanceuse donc, cette Simone Gbagbo !

Pourtant, sept mois plus tard, pour justifier le transfèrement de Blé Goudé, le ministre, oubliant ses propos sur la capacité de la justice ivoirienne, a appelé en renfort un véritable trésor de justifications, toutes aussi déconcertantes  les unes que les autres. Des arguments qui, à terme et on se demande bien s’il s’en est rendu compte, pourraient faire beaucoup de mal au régime Ouattara. Tant en Côte d’Ivoire qu’à l’extérieur.

Il a d’abord rappelé que Charles Blé Goudé a introduit la violence sur les campus universitaires, puis, qu’il a fait fermer en 2005 plusieurs entreprises en s’en prenant aux coopérants et enfin, qu’en « 2010, c’est lui qui a demandé que les véhicules de l’Onuci soient caillassés… »

Et, comme la justice ivoirienne n’a pas les moyens de juger tous ces crimes sur le sol ivoirien, alors, Blé Goudé a été transféré à La Haye.  N’est-ce pas que tous les crimes reprochés par la CPI à Blé Goudé sont aussi reprochés à Simone Gbagbo ? Dans un cas, la justice ivoirienne peut juger l’affaire et dans un autre, elle est incapable de le faire. Bravo ! 

Pourtant, il suffisait au ministre de la Justice d’assumer la décision du gouvernement en disant que Blé Goudé est tout simplement un prisonnier encombrant dont il fallait se débarrasser au plus vite en le livrant à la Cpi. Cela lui aurait permis d’éviter de ridiculiser toute la Côte d’Ivoire aux yeux du monde en déclarant que c’est pour une question d’image (donc de pudeur) que Simone Gbagbo ne sera pas transférée à  la CPI.

Et dire qu’on pensait que c’était simplement parce que la justice ivoirienne pouvait  la juger en Côte d’Ivoire.

Être une « mégarde » des Sceaux, pour emprunter le mot à l’infernal palmipède, « Le Canard Enchaîné », c’est décidément un métier pénible.

A.T.

NB : Le Titre est de Guy TRESSIA

 

Partager cet article

Repost 0
Published by tressia - dans Politique
commenter cet article

commentaires