Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de tressia
  • Le blog de tressia
  • : Politique, economie, société, sports, humour, pensées, crise ivoiriennes
  • Contact

Recherche

Archives

1 juillet 2010 4 01 /07 /juillet /2010 18:53

Blatter.jpg

Les sélections africaines sont des cibles faciles pour les dirigeants du continent, qui n'hésitent pas à les instrumentaliser selon leurs performances du moment. En novembre dernier, le Syli guinéen avait ainsi été dissous. Aujourd’hui, pendant que les accusés de la débâcle des "Bleus" français, Escalettes et Domenech passaient devant les représentants du peuple français, mercredi dernier, le président nigérian, Goodluck Jonathan, a tout simplement décidé de suspendre la participation des "Green Eagles" à toutes les compétitions internationales pour une durée de deux ans. Les mauvais résultats au Mondial-2010, selon le porte-parole de la présidence nigériane, Ima Niboro, sont à la base de cette décision. Le Nigeria a été sorti dès le premier tour de la compétition, battu par la Grèce et l'Argentine, puis tenu en échec par la Corée du Sud (2-2). En France, les auditions de Raymond Domenech et de Jean-Pierre Escalettes ont été «une séance un peu triste», a estimé le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, Jean-François Copé. Selon lui, cette équipe française avait révélé avant la compétition «de nombreux dysfonctionnement de gouvernance et de management dans les messages à adresser à cette équipe». Il a plaidé pour «moderniser la gouvernance de cette fédération de manière générale».

Et pourtant, ce genre d'ingérence du monde politique dans les affaires sportives est mal perçu, voire défendu par la Fifa, qui prône l'indépendance des fédérations nationales vis-à-vis des politiques. La décision de Goodluck Jonathan pourrait valoir à la fédération nigériane une suspension, comme cela avait été le cas en 2009 pour son homologue irakienne. Pour la France, Joseph Sepp Blatter, président de la FIFA, avait déjà prévenu les Français de cette intrusion de la politique en sport. Il avait même menacé de suspendre les Tricolores français si la politique s’ingérait dans la gestion de la FFF. Les responsables de cette débâcle française sont passés devant le parlement. Que va décider la FIFA ? Les jours à venir nous situeront sur le sort du Nigeria et de la France.

Guy Tressia

Partager cet article

Repost 0
Published by tressia - dans Sports
commenter cet article

commentaires