Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de tressia
  • Le blog de tressia
  • : Politique, economie, société, sports, humour, pensées, crise ivoiriennes
  • Contact

Recherche

Archives

24 juin 2010 4 24 /06 /juin /2010 20:25

Eriksson-296.jpg

Le lundi 21 juin, après la rencontre des Eléphants face à la Seleçao, un gros coup de gueule a été poussé par un spécialiste français du football africain, Frank Simon, et il était adressé à ces joueurs qui furent (et sont encore) l'élite du football ivoirien, les "Académiciens". Ils ont été révélés au monde par Jean-Marc Guillou, leur mentor et «vieux père», la plupart passés par l'ASEC d'Abidjan. On les a connus dès 1995, quelques mois à peine après la création de l’Académie Mimos-Sifcom, sur les bords de la lagune Ebrié, à Abidjan. Ils n'étaient que des enfants, mais quels joueurs ! Leur première sortie en match officiel de la CAF a été un délice face à Espérance de Tunis, en Super Coupe d’Afrique des clubs. Et l’Asec d’Abidjan avait remporté ce trophée de la plus belle manière. Ces joueurs avaient une éducation parfaite, tant sur le plan scolaire que sportif. Un état d'esprit différent, un jeu fluide, à base de passes, toujours en mouvement. Malheureusement, ces mêmes enfants, à Soccer City, hormis Guy Demel, Cheikh Tioté et Didier Drogba, tous les joueurs figurant dans le onze de départ étaient des Académiciens, n’ont pu donner espoir à une Côte d’Ivoire qui les attendait dans cette coupe du monde. "A notre sens, peu importe le système : ce qui compte, ce sont les hommes, et on n'a pas eu l'impression qu'ils aient respecté l'idéal «académicien». A l'arrivée, c'est le Brésil, sur quelques fulgurances, qui a capitalisé les erreurs des Eléphants. Les voici tout proches d'une nouvelle élimination, dès le premier tour, comme en 2006. Est-ce une génération maudite ? Elle n'a jamais rien gagné au plus haut niveau, à part une médaille d'argent à la Coupe d'Afrique des nations 2006. Elle nous avait tant subjugués à ses débuts qu'aujourd'hui, on a comme le sentiment d'une trahison par rapport aux promesses qu'elle avait suscitées", a écrit Frank Simon, après le 3-1 face au Brésil. "(…) Aux joueurs de reprendre le pouvoir, et de retrouver ce jeu, si pur, qu'ils semblent avoir égaré, enterré peut-être, en chemin. A la vérité, on n'y croit plus guère, et c'est avec tristesse que nous envisageons, d'ici deux, trois ans peut-être, la fin de ce qui fut, à notre sens, l'un des plus beaux projets humains du XXe siècle", s’est indigné le spécialiste français. Cependant, on se souvient que lorsque les "Académiciens" jouent entre eux, ils pratiquent le football appris à "l’Académie Mimos-Sifcom". Le jeu est posé avec des passes courtes et précises, évoluant en groupe compact et harmonieux. Mais lorsqu’il y a dans le match des joueurs qui n’entrent pas dans leur système, ils sont perdus. Ils sont obligés de balancer les balles sur la tête de Drogba et faire de longues transversales avec les autres joueurs. Leur jeu d’académiciens se perd. On se rappelle, le match contre la Serbie-Monténégro en 2006 et le Portugal en 2010 sans Drogba. L’on a vu le jeu posé fait de courtes et précises passes, avec une possession de balle bien maîtrisée pendant 65 mn. Et si "Académiciens+ Mécaniciens" était une combinaison qui ne marche pas, pourquoi ne pas composer avec les seuls académiciens ? Car, nous ne croyons pas que cette génération de footballeurs talentueux soit maudite pour n’avoir pas glané d’importants trophées.

Guy Tressia

Partager cet article

Repost 0
Published by tressia - dans Sports
commenter cet article

commentaires