Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de tressia
  • Le blog de tressia
  • : Politique, economie, société, sports, humour, pensées, crise ivoiriennes
  • Contact

Recherche

Archives

6 mars 2014 4 06 /03 /mars /2014 12:48

Kouakou-Olivier-chef-du-service-socio-educatif.JPGLe jeudi 27 février 2014, à la salle de conférences de la préfecture de région de Daloa, Madame Aichatou Mindaoudou, représentante spéciale du secrétaire général de l’Opération des Nations Unies pour la Côte-D’ivoire (Onuci) a échangé avec les populations sur le renforcement de la cohésion sociale, la réconciliation nationale et la paix. Dans les échanges, Kouakou Olivier Michel Houango, chef du Complexe Socio-éducatif de Daloa et secrétaire technique de la Plateforme de lutte contre les Violences Basées sur le Genre (PLVBG) de Daloa a levé un coin du voile. Selon lui, la plateforme est un cadre de collaboration et d’échanges entre tous les acteurs qui œuvrent pour la lutte contre les VBG. Elle a pour objectif de créer une synergie d’action des acteurs pour la prévention des VBG, pour la prise en charge holistique des survivantes des VBG et pour la lutte contre l’impunité. « La crise politico-militaire depuis 2002, occasionnant la présence de plusieurs bandes armées dans l’ouest, a rendu la région très criminogène et a davantage vulnérabilisé les femmes et les enfants, victimes de viols, d’agressions de tout genre, occasionnant parfois la mort», a rappelé Kouakou Olivier. Cet état de fait dira-t-il, a poussé le ministère de la Solidarité de la Famille, de la Femme et de l’Enfant, à travers la direction du complexe socio-éducatif de Daloa, en partenariat avec l’Ong IRC, à mettre sur pied le programme VBG depuis 2007. Dressant le bilan de 2012-2013, il dira ceci : « Les activités de prévention de la plateforme ont permis de réduire le phénomène de VBG dans la région de Daloa avec une réduction globale de 28%. Nonobstant l’amélioration générale de la situation, les cas de violences sexuelles demeurent une préoccupation principale, car ils représentent des pourcentages de plus en plus importants sur l’ensemble des cas enregistrés (de 25 % en 2012 à 28% en 2013)». Puis d’ajouter : « La tendance des violences sexuelles est de plus en plus portées vers les enfants dont l’âge varie de 5 à 17 ans. Les garçons ne sont pas épargnés étant donné que 4 cas de sodomie ont été enregistrés. Cependant, les efforts conjugués des membres de la plateforme ont permis d’atteindre des résultats forts encourageants sous le volet de la prise en charge judiciaire et sur la lutte contre l’impunité. En effet, sur la totalité des cas enregistrés, il est à relever une augmentation de 20% des cas portés devant la police judiciaire par rapport à l’année 2012. » L’on enregistré une augmentation de 50% de détenus poursuivis pour viol en 2013. 16% de cas qui aboutissent à des procédures judiciaires.   

 

Junior G. à Daloa

Source : 5minutesinfos.net

 

Partager cet article

Repost 0
Published by tressia
commenter cet article

commentaires