Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de tressia
  • Le blog de tressia
  • : Politique, economie, société, sports, humour, pensées, crise ivoiriennes
  • Contact

Recherche

Archives

13 mars 2014 4 13 /03 /mars /2014 14:07

SORO_missile-0001.jpgQuelles sont les chances d’aboutissement de cette procédure engagée depuis le 5 mars 2014 contre Soro Guillaume, ancienne vedette de la rébellion armée du MPCI et aujourd’hui président de l’Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire ?

«Les chances de réussite, elles sont nombreuses. La Cpi a déjà ouvert une enquête sur les massacres de la rébellion armée de 2002 à 2010 et les investigations se poursuivent… », répond Abdoulaye Koné, initiateur de cette plainte, depuis Londres en Angleterre où il réside et disant agir pour le compte de milliers de victimes et d’ayants droit de victimes de la rébellion armée. Victimes dont les noms des rescapés ou de leurs parents figurent dans les documents transmis au bureau du procureur qui enquête justement sur cette période.

La plainte a été déposée au nogbagbo soro serre la mainm de ces personnes au Bureau du Procureur le 5 mars 2014-et une copie, plus tous les documents qui l’accompagnent dont des rapports d’Amnesty International d’une cinquantaine de pages sur le massacre des gendarmes en 2002 à Bouaké, ex-fief de la rébellion armée du MPCI (nous publions de larges extraits) opposée aux forces restées loyales à l’ex président Laurent Gbagbo-a été envoyée à la Maison Blanche, au Premier Ministre anglais, au parti socialiste français, à la Haute Cour de justice et à un certain nombre de hauts dignitaires de la justice internationale et d’avocats accrédités auprès de la Cour Pénale Internationale.

Pourquoi envoyer une copie de la plainte à la Maison Blanche et au Premier Ministre anglais ? « C’est stratégique…Soro Guillaume répondra de ses actes », répond Abdoulaye Koné.

Quand « L’Eléphant » lui fait remarquer qu’il n’y a que l’Onu et les Etats qui sont habilités à saisir la CPI, Abdoulaye Koné répond que « Soro Guillaume se croit tout puissant mais il va avoir la plus grande surprise de sa vie… »

Dans un mail envoyé au Bureau du Procureur sous la référence «CPI/SORO1/2014»  et dont «L’Eléphant» s’est procuré une copie, le «représentant» des victimes écrit : «Au nom du peuple de Côte de d’Ivoire, au nom de la Justice et des lois, au nom du fait que chaque vie humaine est précieuse et que nul n’a le droit d’ôter la vie d’autrui. Au nom du fait que suivant nos propres normes nul n’est au-dessus des lois et que chacun doit être puni pour ses crimes. Au nom des milliers d’Ivoiriens qui ont signé pour approuver cette procédure. Au nom de toutes les victimes à qui je rends hommage, au nom de tous les parents des victimes. Au nom de tous les citoyens enclins à la justice et la voie de la justice (...) je saisis par la présente et de façon formelle la Cour Pénale Internationale et toutes autres juridictions compétentes à travers le monde afin que la lumière soit faite par voie judiciaire sur les tueries en masse depuis l’éclatement de la rébellion dirigée par M. Guillaume Kigbafori Soro, l’actuel président de l’Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire. Ces tragédies incluent la tuerie de dizaines de gendarmes et des membres de leurs familles qui n’étaient ni des militaires ni en position de combat. Elles incluent également des assassinats de personnalités et les différents charniers d’Abidjan et Duékoué (...) Vous trouverez ci-joints, les documents d’enquêtes indépendantes, les listes exhaustives des victimes… »

La CPI, plutôt efficace !

Cinq jours après la réception de la plainte et tous les documents qui l’accompagnent, documents dont certains ont pu être consultés par « L’Eléphant », notamment l’incroyable liste des victimes, le Bureau du Procureur a adressé une réponse au « porte-parole et représentant » des victimes, porteur de la plainte.

Dans cette lettre écrite en deux versions (anglaise et française) datée du 10 mars 2014 et dont une copie est tombée sous la pate de « L’Eléphant» (voir notre Document), M.P. Dillon, Chef de l’Unité des Informations et des éléments de preuve écrit :

«Le Bureau du Procureur de la Cour pénale internationale accuse réception de vos documents /de votre lettre.

Les informations y figurant ont été inscrites comme il se doit au registre des communications du Bureau et recevront toute l’attention voulue, conformément aux dispositions du Statut de Rome de la Cour pénale internationale.

Nous ne manquerons pas de vous communiquer par écrit la décision qui aura été prise à ce sujet, ainsi que les motivations qui la justifient...»

On imagine que beaucoup à Abidjan, dans tous les camps, vont attendre cette réponse du Bureau du Procureur avec une grande impatience !

 

Alex Kassy  (L’Eléphant déchaîné N°233)

 

Partager cet article

Repost 0
Published by tressia - dans Politique
commenter cet article

commentaires