Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de tressia
  • Le blog de tressia
  • : Politique, economie, société, sports, humour, pensées, crise ivoiriennes
  • Contact

Recherche

Archives

6 juillet 2010 2 06 /07 /juillet /2010 17:54

 

Laurent-Blanc.jpg

Après sa débâcle avec l’équipe nationale de France, la page Raymond Domenech est définitivement tournée. Hier, Laurent Blanc a tenu sa première conférence de presse en tant que sélectionneur national. Et là, personne ne regrette son prédécesseur. C’est plutôt des phrases comme : «Raymond est parti, bon débarras !», qu’on entend à travers toute la France. Signe de cette impatience à voir une nouvelle ère s'ouvrir. Il y avait une foule compacte, au siège de la FFF pour l'intronisation officielle de Laurent Blanc à la tête des Bleus. Autant pour l'entendre parler du passé, et de la désastreuse campagne sud-africaine, que de ses projets pour l'équipe de France. Il s’est contenté d'évoquer sa tristesse devant les événements «inqualifiables» survenus à Knysna, en Afrique du Sud avec la grève des joueurs. Pour ceux qui attendaient de le voir sur le registre de la recherche des coupables, il faudra repasser. L'ancien coach bordelais est resté assez évasif, indiquant ne pas avoir le pouvoir, ni la volonté («je ne suis pas le Père Fouettard !») de sanctionner qui que ce soit tout en regrettant d'hériter d'un «noyau de joueurs pas plus gros qu'un pépin de melon.» En fait, personne n'est officiellement exclu, comme le réclamait Lilan Thuram. Mais aussi, personne n'est sûr de sa place dans le car tricolore. Pour le savoir, comme pour connaître l'identité du jeu de l'équipe, proche de celle qu'il a mise en place à Bordeaux, ou la façon de fonctionner de Laurent Blanc, il faudra attendre le premier rassemblement en Norvège pour un match amical de rentrée qui sera très attendu en plein mois d'août. Il y a cependant un changement notable. C'est que la France a désormais un sélectionneur qui ne joue pas au plus malin avec les journalistes (ce qui ne l'empêche pas de répondre à côté de la question quand ça l'arrange) et qui parle football ! «Je vais construire une équipe qui maîtrisera ses matches, imposera sa façon de jouer, et ne subira pas», promet-il. Des mots simples mais qui en disent plus sur sa vision du football que Raymond Domenech en six ans. Il ouvre ainsi une nouvelle ère pour la France footballistique. Attendons le mois d’août pour voir à quoi va ressembler la nouvelle équipe française.

Guy Tressia

Partager cet article

Repost 0
Published by tressia - dans Sports
commenter cet article

commentaires