Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de tressia
  • Le blog de tressia
  • : Politique, economie, société, sports, humour, pensées, crise ivoiriennes
  • Contact

Recherche

Archives

22 juillet 2010 4 22 /07 /juillet /2010 17:26

 

Tchimou-Raymond_procureur-NB.jpg

 

En lieux et place du verdict du tribunal dans l’affaire "vol de documents administratifs, diffusion d’informations sur un dossier judiciaire non encore évoqué à l’audience publique et révélation d’un document couvert par le secret", les journalistes de "Le Nouveau Courrier", leurs confrères, amis et parents n’ont eu droit qu’à un bref discours leur annonçant que les 3 journalistes devraient encore poursuivre leur séjour à la MACA. Et c’est par la voix du juge Brahaman Koné qui cachait très peu l’injustice dans cette affaire. "Pour des raisons qui nous sont propres, nous sommes obligés de proroger le délibéré jusqu’au lundi 26 juillet", a-t-il déclaré, selon un confrère présent. "Des raisons qui nous sont propres", voilà ce qui égaie des curiosités. La justice est-elle aux sentiments ou à l’application des lois de la République ? Entre temps le collaborateur du procureur Tchimou (son conseil en communication), Patrice Pohé, a été mis aux arrêts par la police criminelle, le même jour du renvoi du délibéré et pour la même affaire. Ce dernier crie "à la conspiration contre sa personne".

Du coup, des soupçons légitimes s’éveillent et nous souhaiterions qu’ils soient élucidés. Et si cette affaire était une technique du procureur qui se retournait contre lui ? Pour certains spécialistes de la politique et du droit, il serait fort possible que le procureur Tchimou, après son enquête ait lancé un ballon d’essai dans les populations. "Il est possible que le procureur qui, dans son enquête, a découvert des choses et qui voudrait que son réquisitoire lors des procès attendrisse les jurés et l’opinion publique, ait balancé le document via son chargé de communication ou un tiers pour jauger l’opinion générale", nous a confié un président de tribunal. Il poursuit pour dire : "Dans l’article qui a été publié, il n’a été question que de petites manœuvres des dirigeants pour obtenir de petites sommes (millions) contrairement aux accusations de détournement de milliards dont ils sont accusés et qui leur vaut de séjourner à la MACA depuis 2 bonnes années, sans jugement. Pour une affaire aussi sensible, le ballon d’essai est une pratique courante dans le milieu des magistrats. Le document peut avoir été réellement volé. Cependant, il est aussi possible que Tchimou, en divulguant les informations contenues dans son enquête par petites doses dans la presse (acte 1, acte 2…), cherchait sans doute à justifier que si ces personnes ont pu mettre en place des systèmes de missions et autres primes non statutaires pour voler l’argent de la filière, quand on annoncerait les sommes faramineuses, personnes ne serait surpris et il aura mis de son côté les faveurs des jurés et de l’opinion. Il obtiendrait alors la condamnation des accusés selon son réquisitoire".

Et cette affaire de "vol de documents administratifs" se retourne contre le cabinet du procureur de la République, Raymond Tchimou. Sa secrétaire et son conseil en communication sont mis en cause. Et le second, Patrice Pohé, a été arrêté, mercredi dernier. Si donc le document est sorti du cabinet du procureur, la thèse du "ballon d’essai" ne devrait pas être écartée. Et pour sauver le procureur, ses collaborateurs sont accusés et sans doute paieront à la place de leur patron. Est-ce une affaire de mouton de sacrifice nommé Patrice Pohé avec pour sacrificateur Raymond Tchimoi ? La suite du procès nous en dira plus.

Partager cet article

Repost 0
Published by tressia - dans Médias
commenter cet article

commentaires