Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de tressia
  • Le blog de tressia
  • : Politique, economie, société, sports, humour, pensées, crise ivoiriennes
  • Contact

Recherche

Archives

27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 08:22
Tentative de suicide devant le Palais Présidentiel : Les révélations de L’Eléphant déchaîné

Le mercredi 21 mai 2014, date du 3ème anniversaire de l’investiture de notre président, une jeune dame répondant au nom de Madiara Ouattara, a tenté de mettre fin à sa vie par immolation, non loin du Palais présidentiel au Plateau.

Sur le motif qui l’a poussée à poser cet acte, les supputations, depuis le 21 mai, vont bonnes flammes.

L’infernal quadrupède a mené son enquête !

Une activité florissante sous l’ancien régime

Madiara Ouattara gagnait sa vie dans la mise en location de véhicules standards et parfois, de luxe. Veinarde, elle avait réussi, sous l’ancien régime, à avoir quelques entrées au palais présidentiel. Cela lui a permis de louer des véhicules aux services de la Présidence de la République.

Quand le régime Gbagbo s’effondre en avril 2011, les factures non encore payées de Madiara Ouattara s’élèvent à près de 80 millions de FCFA.

Selon une source interrogée par « L’Eléphant », elle aurait travaillé aussi en 2012 avec les services de l’actuelle Présidence de la République.

Pendant la crise post-électorale, sympathisante convaincue du Rdr, elle avait reçu des menaces qui l’ont poussée à quitter provisoirement le pays pour n’y revenir qu’à l’investiture d’Alassane Ouattara le 21 mai 2011.

La traversée du désert et la première tentative de suicide

De retour au pays, les poches vides et sans activité, Madiara Ouattara va mettre à profit ses relations au sein du Rdr et dont certaines travaillent au Palais Présidentiel, pour tenter de récupérer son dû afin de reprendre ses activités.

Vivant dans son propre appartement à la Riviera Palmeraie, elle va mener de nombreuses démarches qui vont se solder par un échec. De nombreuses portes qu’elle croyait facilement ouvrables lui resteront cependant fermées.

En 2013, soit après plus deux ans de démarches, elle n’a toujours rien sur les 80 millions qui lui sont dus. Devant les difficultés financières, elle accumule les loyers impayés. En octobre 2013, devant la menace d’expulsion de son appartement, elle s’ouvre à un ami (interrogé par « L’Eléphant ») membre d’une organisation appelée « Coalition AMCP5 », une association de soutien aux actions du président Ouattara.

A ce dernier, elle explique ses difficultés et…son intention de mettre fin à sa vie.

« Je l’ai vue il y a environ 8 mois et elle n’allait pas bien. Elle m’a dit qu’elle avait trop de difficultés, qu’elle voulait mettre fin à sa vie parce qu’on refusait de payer son argent. Je suis allé avec elle chez moi et je lui ai donné un peu d’argent pour la sortir de certaines urgences. Elle a ses entrées au Palais présidentiel. Je lui ai promis de l’aider à faire avancer son dossier et je l’ai fait. Mais vous savez, il y a une telle lourdeur dans les procédures…j’avoue que je ne l’ai pas vue il y a plus de 7 mois et je savais qu’elle n’était plus dans sa maison à la Riviera. Quand j’ai appris ce qui s’est passé, j’ai été un peu surpris mais je savais qu’elle avait déjà été à deux doigts de le faire une fois. » Explique son ami.

Interrogé par « L’Eléphant » sur les raisons qui ont pu motiver un tel acte, il s’est voulu clair : « Je connais cette fille, c’est mon amie, nous avons mené certaines activités ensemble, elle est très dévouée à la cause du président Ouattara et je n’accepte pas que dans notre camp, on tente de la faire passer pour une militante du Fpi parce qu’elle a tenté de se donner la mort devant le palais présidentiel. La seule raison de son acte, c’est qu’elle avait des difficultés pour vivre et elle n’arrivait pas à rentrer en possession de son argent. Je le dis parce que la dernière fois qu’elle s’est ouverte à moi sur ce projet, je l’en ai dissuadée et je lui ai donné un peu d’argent. C’est à cause de son argent qu’elle a fait ça, je ne peux penser à une autre explication, elle ne m’a jamais parlé d’une affaire de cœur. Elle voulait son argent. »

Procès-verbal au Palais présidentiel

A l’arrivée du nouveau président au Palais présidentiel, il a trouvé, au titre des locations de véhicules, une dette de 5,4 milliards de Fcfa laissée par l’ancien régime. « L’Eléphant » a déjà publié en 2012, un article sur les pratiques qui avaient cours sous l’ancien régime au niveau des locations de véhicules. Certaines de ces pratiques continuent encore sous l’actuel régime avec des véhicules de service mis en location mais bien au chaud dans des garages.

Devant cette dette, les services de la nouvelle présidence décident de faire un audit en deux volets. Le premier porte sur l’existence réelle des créanciers. Selon nos informations, ce volet est fini depuis quelques mois. Et Madiara Ouattara fait partie des créanciers reconnus. Le procès-verbal la concernant, se trouverait en ce moment même, au service des moyens généraux de la Présidence de la République.

Le deuxième volet de l’audit vient seulement d’être lancé. Il porte sur la réalité de la créance. Quand prendra-t-il fin? Nul ne le sait. C’est que les procédures sont particulièrement lourdes…

Une lourdeur que ne supportait plus Madiara Ouattara.

De Yopougon au Plateau

Le mercredi 21 mai, entre 12 heures et 13 heures, l’information sur la tentative de suicide de Madiara Ouattara envahit la ville d’Abidjan. Sur les réseaux sociaux, les internautes s’emballent dans des commentaires contradictoires.

Après l’acte, Madiara Ouattara est évacuée au centre des grands brûlés du CHU de Cocody. Où elle est tout de suite prise en charge.

A 21 heures 15 minutes, « L’Eléphant » se rend sur les lieux. Là, se trouvent sa maman, son grand frère et sa tante. Les photos de sa maman et son grand frère sont d’ailleurs sur sa page facebook où elle s’appelle Oxy Chocolat D Oxana.

« L’Eléphant » restera dans ce centre jusqu’à 23 heures, histoire d’avoir des éléments sur les motifs de son acte. Selon les informations obtenues, Madiara a quitté, mardi 20 mai, le domicile de sa maman, pour celui de sa tante, à Yopougon. Et, c’est de chez cette tante que, le mercredi matin, elle s’est rendue au Plateau.

« Elle est arrivée chez moi le mardi. Ce matin (mercredi 21 mai, ndlr), elle s’est lavée, s’est habillée et est sortie. Elle ne m’a rien dit. Je ne comprends pas ce qui s’est passé… » explique sa tante.

Quant au grand frère, malgré l’insistance de « L’Eléphant », tant pendant cette nuit que hier, jeudi 22 mai, il n’a pas voulu s’exprimer. Se contentant de dire que « ce qui importe pour l’heure, c’est sa santé ». Et qu’elle pourra elle-même, une fois rétablie, donner les raisons de son acte.

Justement, au sujet des raisons de son acte, selon les informations obtenues dans le nuit du mercredi, à son arrivée à 13h35 minutes dans le centre des grands brûlés, Madiara Ouattara a déclaré qu’on refuse de lui payer son argent, qu’elle n’arrive plus à vivre.

D’où son intention de se donner la mort, le 21 mai 2014, jour exact du troisième anniversaire de l’investiture d’Alassane Ouattara. Et, non loin de l’endroit où se trouvent ceux qui seraient à la base de son humiliation.

Source : L’ELEPHANT DECHAINE N°254

Partager cet article

Repost 0
Published by tressia - dans Politique
commenter cet article

commentaires