Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de tressia
  • Le blog de tressia
  • : Politique, economie, société, sports, humour, pensées, crise ivoiriennes
  • Contact

Recherche

Archives

24 mai 2014 6 24 /05 /mai /2014 19:07
Ministère de la Santé et de la Lutte contre le Sida- Le bilan de 2013 n’a pas une bonne santé

Le département de la Santé est sous la belle conduite de Raymonde Goudou depuis le 22 novembre 2012. Sous son ‘’règne‘’, l’année 2013 a été déclarée année de la Santé. C’est dire la chance que les Ivoiriens ont. Mais ils n’ont pas vu grand’chose.

Pour 2013 également, d’autres grandes actions avaient été annoncées le 19 septembre 2013 à la salle polyvalente du ministère de l’Economie et des Finances. Mais les résultats n’ont pas crevé les yeux !

Adjamé Roxy bientôt détruit … et toujours débout !

On allait voir ce qu’on allait voir ! L’épineux problème de l’existence d’un marché parallèle de vente de médicaments illicites ne devrait être, en 2013, qu’un mauvais souvenir : «Le Marché d’Adjamé-Roxy sera détruit bientôt pour lutter contre la vente illicite de médicaments de rue. C’est un fléau difficile à éradiquer à cause de la porosité de nos frontières et des acteurs qui interviennent dans ce commerce illicite qui génère des fonds considérables.

(…) C’est un marché qui rapporte énormément, car les médicaments sont des denrées très prisées et ils sont mis sur le marché sans passer par la réglementation. (…) L’Etat a été défaillant et la campagne du générique n’est pas allée jusqu’au bout. (…) Le gouvernement réfléchit sur la possibilité de (leur) trouver des activités génératrices de revenus.»

Sept mois plus tard, après ses propos engagés, « Adjamé-Roxy » continue de jouir d’une santé resplendissante. Et le gouvernement continue la réflexion pour la reconversion, paraît-il, de 8000 vendeuses qui continuent de s’adonner à leur commerce sans être inquiétées outre mesure.

Sans doute que la fin de la pénurie de médicaments annoncée pour juin 2014, sonnera le glas de ces 8 mille mauvaises coucheuses.

Moralisation zéro

Sur cette même tribune, la ministre de la Santé avait fait cas des acquis et des résultats. Un montant global de 47 milliards FCFA, avait été annoncé pour la gratuité généralisée, puis ciblée de 2011 à 2013. Le constat est clair. La première responsable de la Santé reconnaît, en premier, que la gratuité en général et même ciblée, a été un échec.

Pour la lutte contre la corruption et la démobilisation des agents dans le secteur sanitaire, la revalorisation salariale des personnels de la santé, de 107.390 FCFA pour les cadres supérieurs, et de 40.271 FCFA pour les infirmiers sages-femmes, aide-soignants, avait, été présentée comme la solution miracle. Le constat sur le terrain est terrifiant ! Rien n’a changé !

La ministre, elle-même excédée, a dû taper du point sur la table pour révoquer du système sanitaire et des agents de santé de la région de Bondoukou. Pour manquement au code de déontologie de la fonction médicale après une plainte, le 17/12/13, pour mauvais traitement, contre le Centre hospitalier régional (Chr) de Bondoukou. Mais après les « hourra » et autres applaudissements, le silence, comme d’habitude, s’est emparé de cette affaire.

Pour réduire la rareté des agents de santé en Côte d’Ivoire, un recrutement spécial de 4406 agents de santé en 2013, faisant passer les effectifs de 12914 à 16914, a été fait. Soit une hausse de 31%. Bel effort, mais le ratio agent de santé-population à soigner demeure douloureux. Le personnel se raréfie. La norme de l’OMS est de 2,4 agents pour 1000 habitants. La Côte d’Ivoire en est encore à 1,8 pour 1000 habitants. Dans le domaine de l’urologie par exemple, il n’y a, en Côte d’Ivoire, que 20 praticiens pour 23 millions d’habitants. C’est dire si le chemin à parcourir pour l’émergence sanitaire est encore loin.

Mais soyons juste. L’Oms vient de féliciter notre gouvernement, en lui décernant une « Certification » pour avoir réussi à éradiquer le « Ver de Guinée » de la Côte d’Ivoire. Même si les experts conseillent au gouvernement de demeurer vigilant pour ne pas se laisser surprendre.

On attendra cependant les conclusions de l’enquête judiciaire sur la mort d’Awa Fadiga et la « Certification » de nos « Urgences médicales » pour inviter la fanfare du District d’Abidjan à faire le tour du Plateau…

Touré Ali (in L’Eléphant déchaîné N°252)

Partager cet article

Repost 0
Published by tressia - dans Politique
commenter cet article

commentaires