Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de tressia
  • Le blog de tressia
  • : Politique, economie, société, sports, humour, pensées, crise ivoiriennes
  • Contact

Recherche

Archives

14 mai 2014 3 14 /05 /mai /2014 08:15
Le RGHP 2014 est un retentissant échec, selon L’Eléphant déchaîné

Le Directeur général de l’Institut National de la Statistique (INS) avait pourtant fanfaronné que 67% de la population avaient déjà été recensés, malgré l’appel au boycott lancé par le Fpi. Son ministre de tutelle vient de reconnaître que « ça ne va pas », même à Abidjan.

La réalité est que l’opération, entourée d’une communication catastrophique, est un retentissant échec. Pas seulement à cause de l’appel au boycott du Fpi, mais surtout parce que les populations ivoiriennes, à qui la même infernale classe politique sert les mêmes histoires depuis 20 ans, en ont plus que marre de voir les ingrédients qui ont conduit à la dernière déflagration, petit à petit, se réinstaller.

Après huit ans de crise politico-militaire, les politiciens avaient rabâché les oreilles des Ivoiriens avec l’élection présidentielle de 2010 qui devrait sortir définitivement le pays de la crise pour que, enfin, leurs problèmes, délaissés pendant dix ans, soient traités.

Sauf qu’après leur mobilisation extraordinaire pour participer à cette élection, ils ont reçu en récompense, une meurtrière guerre dont ils ont été les seules victimes. Les politiciens s’étant arrangés, à quelques exceptions près, comme c’est toujours le cas, pour s’en sortir avec les leurs, sans grands dommages…

Trois ans après la crise, et au moment où les Ivoiriens s’attendaient à souffler un peu, voilà que les mêmes politiciens, non contents de se goinfrer sur leur dos, démontrent encore au monde entier, qu’ils n’ont tiré aucune leçon de ce qui est arrivé à ce pays.

Au projet « d’assaut final » annoncé par le Fpi, le Rdr a répondu par un vibrant « sur quoi compte le Fpi pour mélanger le pays » ? Des expressions qui rappellent l’affreuse période du boycott actif qui a coûté la vie à des dizaines d’Ivoiriens, boycott justement mené par le Fpi et le Rdr.

C’est donc à un perpétuel recommencement que l’infernale classe politique invite les Ivoiriens.

Depuis 20 ans, seuls les intérêts des politiciens sont pris en compte. Non contents de se goinfrer sur la sueur du peuple, ils prennent un immense plaisir à créer les conditions pour que les pauvres ne s’en sortent jamais. De création d’emplois ? On n’en parle point. Et les pauvres continuent de crever dans les hôpitaux, pour des ordonnances médicales de 2000 Fcfa.

Dans un tel environnement, comment s’étonner que les populations méprisent l’opération de recensement quand les politiciens eux-mêmes sont incapables de se mettre d’accord sur le principe que cette opération n’a rien de politique ?

Ce n’est certainement pas dans l’appel du Fpi qu’il faut rechercher les raisons essentielles de l’échec de cette opération. Les Ivoiriens n’ont plus aucune confiance dans leur classe politique, c’est un fait. Non seulement cette classe politique est bourrée de parvenus et de faux modèles, mais en plus, elle ne voit pas, globalement, plus loin que le bout de sa poche.

Mais le Gouvernement qui fait une mauvaise lecture de la situation, a brandi la menace de l’emprisonnement contre des membres de la direction du Fpi. En les faisant convoquer via le parquet d’Abidjan, par la Brigade de Recherche de la Gendarmerie nationale. Comme si les gendarmes n’avaient pas des choses plus sérieuses à faire, comme retrouver les braqueurs qui endeuillent des familles chaque jour à Abidjan ou à l’intérieur du pays.

Le Fpi qui n’attendait que cette aubaine, a passé le message à ses militants, dont une poignée-les temps ont vraiment changé- s’est attroupée devant la Brigade de recherche avant de se faire disperser au gaz lacrymogène, par la police. Et les images de cette petite scène ont déjà fait le tour des réseaux sociaux.

Pour offrir de la voix à un parti complètement en manque de stratégie et de leadership éclairé en détournant l’attention des Ivoiriens des vrais problèmes du pays, le Gouvernement Ouattara n’a décidément pas son pareil.

L’EDITORIAL D’ASSALE TIEMOKO (in L’Eléphant déchaîné N°250)

Partager cet article

Repost 0
Published by tressia - dans Politique
commenter cet article

commentaires