Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de tressia
  • Le blog de tressia
  • : Politique, economie, société, sports, humour, pensées, crise ivoiriennes
  • Contact

Recherche

Archives

30 mai 2014 5 30 /05 /mai /2014 08:18
CDVR-Charles Konan Banny:  Un boycott passif!

Les populations de Mama, village de l’intrépide Gbagbo, n’ont apparemment pas encore digéré l’incarcération à La Haye de leur champion. Ils ont tenu par un boycott qui ne dit pas son nom, à le faire comprendre à Charles Konan Banny, parti les visiter le mercredi 21 mai. Cette visite a été proprement ignorée par les villageois, qui n’ont pas tenu à cuir sous le chaud soleil de Mama pour accueillir l’homme sur les épaules duquel pèse la lourde charge de nous réconcilier.

Bien que le porte-parole de la chefferie ait présenté ses excuses au réconciliateur national, prétextant l’impatience des villageois mobilisés, il n’en demeure pas moins que ce fait est révélateur des profonds ressentiments qui animent les uns et les autres.

Certains dissimulent leur amertume derrière une hypocrisie, attendant patiemment l’occasion de la révéler et de se venger. D’autres plus audacieux, la montrent clairement, histoire de bien faire comprendre aux uns et aux autres, qu’ils ne sont pas prêts à s’engager dans une réconciliation de façade.

Car pendant que des tournées de réconciliation sont organisées à travers le pays par certaines autorités adeptes des bains de foule en tout genre et des buzz assourdissants, les injustices, les clichés et la mauvaise gouvernance sous toute ses formes, continuent de sévir sur l’étendue du territoire national. Et un peuple qui a faim et qui se sent brimé, n’entendra jamais les paroles de réconciliation, aussi belles et touchantes soient-elles. Les actes doivent impérativement succéder aux discours.

Ceux-ci ne doivent pas être des actes sporadiques visant à faire croire à la communauté internationale que tout va bien, ou visant à exposer la mauvaise foi d’un autre camp. Car pour se réconcilier, il faut être deux.

Il n’y a pas que le message qui importe. Le porteur du message est un acteur capital. Pour la simple et bonne raison, que l’Ivoirien, dans cette atmosphère politique délétère, avec la mentalité qu’on lui connaît, cette façon de penser qui lui vaut depuis toutes ces années sa prise en otage par la classe politique, ne suit que des mots d’ordre et des consignes. Ceci est encore plus vrai dans le pays profond, qui ne prend en considération que la parole de son chef.

La réconciliation ne sera effective dans ce pays que lorsque la classe politique ivoirienne arrêtera de lutter pour voir qui pisse plus loin, mais se décidera à faire la politique autrement.

Tant que ce ne sera pas le cas, Banny devra s’habituer à ce type d’accueil…

Source : L’Eléphant déchaîné N°255

Partager cet article

Repost 0
Published by tressia - dans Politique
commenter cet article

commentaires